Le Louvre-Lens : quelques bons arguments pour aller le visiter cet été

Mis à jour le 15/08/2018 à 17H14, publié le 15/08/2018 à 17H04
L'une des salles du Louvre-Lens

L'une des salles du Louvre-Lens

© M.ASTAR/SIPA

Un peu plus de cinq ans après son ouverture, le Louvre-Lens entend toujours montrer un visage neuf. Entre expositions temporaires prestigieuses, galerie organisée chronologiquement sur l'histoire de l'art, collections régulièrement renouvelées, les raisons sont nombreuses de découvrir ou redécouvrir ce musée prestigieux, bâti au milieu de corons inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Louvre-Lens n'est pas une simple extension du célèbre musée parisien. Il est autonome bien que lié à son illustre ancête par une convention scientifique et culturelle. Cette autonomie lui permet de mener de mener une politique d'expositions et de présentation des collections indépendante.

Le pari de départ de ce musée inauguré en décembre 2012 était qu'il parviendrait à attirer non seulement la population du Nord-Pas-de-Calais, mais aussi les amateurs d'art d'ailleurs et notamment parisiens. Sa galerie du Temps, qui propose une visite chronologique de l'histoire de l'art tous pays confondu est particulièrement remarquable. La qualité des de ses collections ainsi que sa politique d'ouverture vers tous les milieux sociaux permet, cinq ans après son ouverture, de dire que ce premier pari est gagné.

Reportage : France 3 Nord Pas-de-Calais V. Demange / J. Vasco / A. Maquet

https://videos.francetv.fr/video/NI_1277611@Culture

Aujourd'hui le Louvre-Lens a fait sa place sur la liste des sites culturels qui comptent en France. Le quartier de corons qui entoure l'ancien carreau de mine qu'il occupe se met aussi à l'heure de la culture. Il a en effet été inscrit en 2012 en même temps que les autres sites miniers de la région sur la liste enviée du patrimoine culturel de l'UNESCO. Un hôtel va ouvrir dans ces anciens logements ouvriers. Il permettra aux visiteurs éloignés de séjourner à deux pas du musée et dans un environnement lui aussi reconnu.