L'ancien couvent des Jacobins à Rennes transformé en centre des congrès

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/01/2018 à 20H26, publié le 08/01/2018 à 20H06
L'ancien couvent des Jacobins de Rennes

L'ancien couvent des Jacobins de Rennes

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Rennes a inauguré lundi son centre des congrès dans l'ancien couvent des Jacobins en plein coeur historique. Jouxtant la place Sainte-Anne, l'ancien Couvent dominicain a fait l'objet pendant quatre ans d'une rénovation pilotée par l'architecte breton Jean Guervilly. L'Orchestre symphonique de Bretagne (OSB) y trouve des lieux de répétition ainsi qu'un auditorium pour ses concerts.

Avec la LGV Paris-Rennes et une seconde ligne de métro à l'horizon 2020, "notre ville vit un moment exceptionnel de transformation, entre dans une nouvelle décennie, se rénove en retrouvant son identité", s'est félicité la maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, qui attend 20 millions d'euros de retombées par an "en faveur du tissu économique local et du commerce de centre-ville".

Concerts inauguraux de l'Orchestre symphonique de Bretagne (OSB) les 10 et 11 janvier

Une centaine d'évènements sont déjà programmés en 2018, alors que le coût élevé de ce projet (107 millions d'euros), a fait polémique. Parmi eux, de nombreuses rencontres associatives, sociales et syndicales, des assises de la citoyenneté, des rendez-vous économiques et scientifiques, mais également une activité culturelle importante. Le couvent abritera bientôt une exposition des collections de François Pinault, et l'auditorium à l’acoustique idéale sera aussi le lieu de répétition et de concerts de l'Orchestre symphonique de Bretagne (OSB).

Ses premiers concerts inauguraux au Couvent des Jacobins auront lieu les 10 et 11 janvier. Au programme, la Neuvième Symphonie de Beethoven, portée par un chœur de plus d’une centaine de chanteurs, issus des ensembles vocaux Résonance, Vibrations, Kamerton et des chanteurs du BBC National Chorus of Wales et du chœur Mélisme(s), et les musiciens de l’OSB sous la direction de Grant Llewellyn.

Un haut lieu patrimonial rénové par l'architecte breton Jean Guervilly 

Le cloître et ses arcades, rénové après trois ans de travaux. 

Le cloître et ses arcades, rénové après trois ans de travaux. 

© Marc Ollivier/PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Jouxtant la place Sainte-Anne, haut lieu de la vie nocturne rennaise, l'ancien Couvent dominicain, dont la construction avait commencé au XIVe siècle sur un site gallo-romain, a fait l'objet pendant quatre ans d'une importante rénovation, pilotée par l'architecte breton Jean Guervilly, qui a construit 40% des surfaces en sous-sol, pour traiter les murs "avec le plus de retenue possible", a-t-il expliqué. 

Aujourd'hui, certains à Rennes craignent une accélération de la "gentrification" et une hausse des prix dans le centre historique.