Harcèlement : la ministre de la culture veut sensibiliser les étudiants d'établissements culturels

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 23/10/2017 à 09H51, publié le 23/10/2017 à 09H50
La ministre de la Culture Françoise Nyssen, août 2017

La ministre de la Culture Françoise Nyssen, août 2017

© Julien Mattia / NurPhoto

La ministre de la Culture Françoise Nyssen souhaite imposer la diffusion dans les établissements d'enseignement supérieur culturel d'un message de sensibilisation contre le harcèlement sexuel.

"Dans la sphère culturelle, j'entends agir vigoureusement et sans relâche", affirme-t-elle lundi. "Je vais demander à l'ensemble des directrices et directeurs des 99 établissements d'enseignement supérieur Culture (écoles d'art, écoles d'architecture...), qui forment à la diversité des métiers de la culture, de diffuser, auprès de leurs étudiantes et étudiants, un message de sensibilisation sur l'éducation à la non-discrimination, et le rejet de toute forme de harcèlement sexuel", annonce-t-elle.

"Une action de formation et de sensibilisation permet à la fois la libération de la parole et la prévention", ajoute la ministre, qui se rendra elle-même cette semaine "devant les élèves de l'une de nos écoles supérieures pour porter ce message". 

Un dispositif d'alerte et de signalement

Françoise Nyssen a rappelé qu'il existe, depuis janvier 2017, un dispositif d'alerte et de signalement ouvert aux 30.000 agents du ministère de la Culture "pour, notamment, signaler tout acte de harcèlement sexuel" : "Allo Discrim" au 08 00 10 27 46. Deux numéros d'appel d'urgence mis en place par le gouvernement ("08 Victimes": 08 84 28 46 37 et "Violence femmes info": 3919) permettent de dénoncer toutes formes d'agressions ou de violences subies.

"Je souhaite que le ministère de la Culture et l'ensemble des institutions culturelles soient le fer de lance de l'égalité entre les femmes et les hommes, ce qui passe par l'accès aux postes de responsabilité et aux moyens de création, par la fin de l'insupportable disparité des rémunérations. Cela passe avant tout par le respect et la prise de conscience des  pratiques condamnables", a indiqué la ministre.

Dans la foulée de l'affaire Weinstein, du nom du producteur américain visé par une série d'accusations d'agressions sexuelles, aucun milieu social ou professionnel n'échappe depuis une semaine à la multiplication des dénonciations de harcèlement sexuel subi par des femmes. Selon un sondage Odoxa-Dentsu publié vendredi, 53% des femmes interrogées disent avoir été victimes d'agression sexuelle et/ou de harcèlement.