Françoise Nyssen s'engage à ne pas faire d'économie sur la création culturelle

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/01/2018 à 20H26, publié le 17/01/2018 à 20H04
Françoise Nyssen (2016)

Françoise Nyssen (2016)

© Franck Bessiere / Hans Lucas

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a promis mercredi devant les professionnels du spectacle réunis à Nantes qu'il n'y aurait "pas d'économies" sur la création. Elle leur a demandé par ailleurs de s'engager dans "la lutte contre la ségrégation culturelle".

Le "défi" de Françoise Nyssen

"J'ai entendu certaines inquiétudes (...). Je vous le dis aujourd'hui à vous, acteurs du spectacle vivant: il n'y aura pas d'économies entre nous. Vos spectacles, vos pièces de théâtre, vos chorégraphies, vos concerts ne sont pas des postes d'économies", a martelé la ministre dans un discours dont le texte a été transmis à l'AFP.

La publication par la presse en novembre d'un document de travail du ministère de la Culture intitulé "contribution ministérielle aux travaux du CAP 2022" (un comité piloté par Matignon chargé de proposer des économies) avait suscité l'inquiétude des professionnels de la culture.

Pour la ministre, le "défi" à relever "c'est la lutte contre la ségrégation culturelle". "Ce combat nous allons le mener ensemble", a-t-elle lancé, annonçant "un nouveau cadre de contractualisation" avec les collectivités territoriales, "plus souple, plus dynamique, plus solidaire". Les associations d'élus ont signé avec le ministère une déclaration commune qui sera publiée "très prochainement", a-t-elle indiqué.

Le ministère entend "soutenir tous ceux qui innovent, qui osent, qui sortent du cadre" pour "aller à la rencontre de citoyens", souligne la ministre, citant les hôpitaux, les prisons, les maisons de retraite, les écoles, les zones rurales, les quartiers et centres villes en déshérence.

Se mobiliser en faveur des migrants

Françoise Nyssen va "lancer un grand plan de soutien à l'itinérance dans les semaines à venir : pour que des troupes, des artistes, des productions partent sur les routes de France". Les Drac (Directions régionales des affaires culturelles) devront affecter "dés cette année une partie de leur budget" à ces projets.

Un autre public demande, selon la ministre, une "mobilisation toute particulière : les migrants". Françoise Nyssen appelle les professionnels du spectacle à "agir pour rendre à ces personnes le droit de vivre normalement, à côté des procédures, des démarches, des files d'attente". Elle invite les théâtres à leur réserver des places mais aussi à "proposer des ateliers", "raconter leur histoire".

La ministre n'apporte pas de réponse aux revendications du théâtre privé d'accéder au réseau des théâtres publics. "C'est un sujet important, et sur lequel je veux réfléchir", dit-elle.

Mardi, syndicats et organisations de la culture ont lancé un "Appel de Montreuil" en faveur d'une nouvelle ambition pour la culture, reprochant au ministère une approche "comptable".

Mercredi, le Syndeac (employeurs publics de la culture) a appelé à un rassemblement le 30 janvier au théâtre de la Colline en faveur d'un "nouveau contrat républicain (...) au coeur des nouveaux besoins de fraternité, d'émancipation, d'équité sociale et territoriale."