Culturebox le Mag "spéciale lecture": quand tous les arts s'inspirent des livres

Publié le 04/04/2018 à 16H37
Leila Kaddour

Leila Kaddour

© JJ Buty / France Télévisions

Culturebox le Mag des 31 mars et 1er avril 2018 sur franceinfoTV. Depuis la bibliothèque de l’Institut à l’Académie Française, Leïla Kaddour nous convie à "spéciale lecture". Quand la littérature inspire le cinéma, les séries, le théâtre : Leïla évoque, avec Jean-Christophe Rufin son "Collier Rouge", puis "Vernon Subutex" en série, ou encore Tomi Ungerer, "Bovary" et... Shakespeare en rap !

Le Collier Rouge" au cinéma, "Vernon Subutex" en série TV
Dans le magnifique écrin de la bibliothèque de l’Institut à l’Académie Française, Leïla Kaddour nous invite à une rencontre avec Jean-Christophe Rufin. L'académicien nous parle d'un nouvel exercice auquel il s'est prêté : l’adaptation de son roman "Le Collier Rouge" au cinéma, actuellement sur les écrans. Il en a co-signé le scénario avec Jean Becker qui en a assuré la réalisation. Il nous dit tout de l'écriture du scénario, des compromis nécessaires, des surprises... 

Mais l'adaptation cinématographique n'est pas la seule, loin s'en faut : le monde des séries est lui aussi très influencé par la littérature. L’adaptation de "Vernon Subutex", le roman à succès de Virginie Despentes sera sur les écrans dans le courant de l’année : l’histoire de la dégringolade d’un disquaire, ses errances dans Paris, ville qui a laissé beaucoup de ses enfants sur le bas-côté. Avec Virginie Despentes, chaque personne a une voix qui se distingue à la simple lecture. L'écriture âpre, contemporaine de "Vernon Subutex" sera sur petit écran : Romain Duris incarnera ce rockeur qui a tout perdu et sera accompagné dans l'aventure de Céline Sallette et la chanteuse Fishbach.  


Aurélie Valogne et ses "romans feel good", le Prix France Télévisions, les livres audio, Tomi Ungerer
Elle fait partie des auteurs les plus lus aujourd'hui : Aurélie Valogne. Pour elle, tout a commencé sur... internet ! Elle est aujourd'hui l'une des figures de proue de ce qu'on appelle le "roman feel good". Voici son portrait.

Qui dit livre, dit aussi prix littéraire. Il y a bien entendu les Goncourt et Renaudot, le prix de l’Académie française... Et le prix France Télévisions. Deux livres ont été distingués : dans la catégorie “Essai”, "En camping-car" d’Yvan Jablonka et pour le roman "Le bon coeur" de Michel Bernard, un livre que vous recommande Leïla Kaddour. L’auteur s’empare d’un sujet mille fois rebattu - celui d'une jeune paysanne de 17 ans qui bouta les Anglais hors de France - mais parvient à nous y mener avec grande habileté.

Pour ceux qui culpabilisent de ne pas lire, pourquoi ne pas passer par les livres audio ? Longtemps réservé aux enfants ou aux malvoyants, il séduit de plus en plus, et notamment parmi les jeunes générations hyper-connectées. A l’étranger, il a envahi le marché. Une façon aussi de renouer avec la tradition orale... Reportage.

Littérature jeunesse, enfin, avec celui qui crée à chaque fois l’événement : Tomi Ungerer. Son album le plus connu, "Les trois brigands", a été, lui aussi, adapté sur grand écran. Son nouvel album "Ni oui ni non" sort à L'Ecole des Loisirs : y sont rassemblées les réponses à cent questions philosophiques posées par des enfants. Et hors de question, pour lui, de considérer ce jeune public autrement que comme des adultes en devenir ! Interview.


"Bovary" au théâtre et Oxmo Puccino et Yaron Herman en Live  
La littérature donne aussi des idées au monde de la chanson et du théâtre. L’exemple le plus criant en ce moment c’est "Bovary" de Tiago Rodrigues sur la scène du Théâtre de la Bastille. Le metteur en scène rejoue le procès intenté à Flaubert en faisant cohabiter sur le plateau le créateur, les créatures et les censeurs. Rappel des faits : au cours de l'année 1857, la sixième chambre criminelle du tribunal correctionnel de Paris est le théâtre de deux procès retentissants, celui à Flaubert pour "Madame Bovary" en janvier, et celui à Baudelaire, en août, pour "Les Fleurs du mal". Les deux auteurs comparaissent pour "outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs". A chaque fois, l'accusation est représentée par le terrible procureur Ernest Pinard, qui ajoutera un peu plus tard Eugène Sue à son tableau de chasse.

Un live pour finir ! Cette semaine c'est avec le "Sonnet 94" de Shakespeare qu'Oxmo Puccino (voix) et Yaron Herman (piano) poursuivent leur collaboration. Rencontre artistique initiée à l'occasion de l'hommage à Shakespeare en 2016, cette performance des deux artistes fait partie du New Shakespeare Songbook, projet européen de créations musicales écrites sur des poèmes du dramaturge. L'intégralité du concert est à retrouver sur culturebox.fr