Cirque Arlette Grüss, allier la tradition au renouveau

Mis à jour le 30/08/2018 à 16H30, publié le 30/08/2018 à 16H16
Un des nouveaux numéros du spectacle du cirque Arlette Grüss

Un des nouveaux numéros du spectacle du cirque Arlette Grüss

© France 3 Culturebox Capture d'écran

"Le Cirque Arlette Grüss ose la métamorphose". Cette formule, brandie par les héritiers de la fondatrice de la troupe, se traduit par l'introduction de nouvelles techniques, de jeux avec la lumière, de numéros à base de mots et d'un chapiteau sans piliers gênants. Le nouveau spectacle, en tournée dans toute la France présente encore des animaux et voit arriver une nouvelle génération de Grüss.

Le cirque "traditionnel" est à un tournant. D'un côté, il est contraint d'évoluer par une nouvelle école de la piste. Plus forcément axée sur l'idée de famille et de transmission, élargissant l'esthétique de l'art de la piste, elle est apparue il y a déjà quelques dizaines d'années sous le nom de "nouveau cirque". D'autre part, il doit faire face à la guerre de tranchées que lui livrent les amis des animaux, résolus à mettre fin à l'utilisation des fauves, chevaux et autres attractions vivantes dans leurs numéros et dans les cages de leurs ménageries.

Dans la famille Grüss, Alexis, le cousin d'Arlette, a fait le choix de s'ancrer dans la tradition, celle des spectacles équestres à l'origine de l'art de la piste. Son cirque autrefois dénommé "à l'ancienne" garde cette esthétique raffinée qui fait sa réputation.
Affiche du spectacle qui tourne depuis 2017

Affiche du spectacle qui tourne depuis 2017

© cirque Arlette Grüss
Chez Arlette Grüss, le choix est différent : avec "Et l'on réinventa le cirque", ses héritiers (Arlette est décédée en 2006) ont préféré se lancer dans de nouvelles techniques de spectacles comme l'introduction de numéros à moteurs (motos, quads...) et de procédés électroniques mettant en jeu des effets de lumière. Ces nouveautés, souvent interprétées par des circassiens étrangers engagés pour la saison, voisinent avec des numéros plus habituels. On voit encore sur le sable de la piste des animaux exotiques, tigres et éléphants mais aussi des chevaux. Pour sceller ce choix de la modernité le cirque Arlette Grüss s'est doté d'un nouveau chapiteau, conçu différemment sur le plan architectural : il a la particularité de ne pas reposer sur des poteaux qui gêneraient la vue de certains spectateurs.

Reportage : France 3 Côte d'Azur D. Delahaye / V. Le Roux  / H. Ayroulet
Malgré l'engagement d'artistes extérieurs à leur famille, les Grüss et leurs descendants continuent de transmettre leur tradition. C'est ainsi que la nouvelle génération, celle des petits-enfants de la figure tutélaire, est arrivée avec un numéro de voltige. Ils ont respectivement 9 et 12 ans ! Ils perpétuent une tradition familiale que leur grand-mère Arlette avait relancée en 1985 en créant son propre cirque.