Le dessinateur Luz retrouve "Charlie Hebdo" le temps d'un numéro spécial

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 30/10/2018 à 11H55, publié le 30/10/2018 à 11H54
Le dessinateur Luz jongle avec une mandarine au côté de sa compagne (2015)

Le dessinateur Luz jongle avec une mandarine au côté de sa compagne (2015)

© Dominique FAGET / AFP

Pilier de "Charlie Hebdo", le dessinateur Luz, qui avait quitté la rédaction de l’hebdomadaire satirique en septembre 2015, après les attentats de janvier de la même année refait surface dans les colonnes du journal ce mercredi à l’occasion d’un supplément dédié à sa nouvelle BD "Indélébiles" (Editions Futuropolis).

Pour la première fois depuis son départ de "Charlie", Luz a retrouvé le directeur de la rédaction Riss pendant plusieurs heures, afin de partager leurs souvenirs communs retranscrits dans une grande interview publiée dans ce supplément de 16 pages.
Luz : "Indélébiles", 1re de couverture 

Luz : "Indélébiles", 1re de couverture 

© Futuropolis / Luz

23 ans à "Charlie"

"Charlie" publie également un épisode du nouvel album de Luz aux éditions Futuropolis qui paraîtra le 2 novembre. C'est la première fois que le dessinateur, âgé de 46 ans et contraint de vivre sous haute protection policière depuis l'attentat du 7 janvier 2015, évoque ouvertement son travail et sa vie à "Charlie Hebdo", où il a passé 23 ans.

"Je n'ai pas envie que le slogan ‘Je suis Charlie’ cache les identités et le travail réalisé pendant toutes ces années. Ce n'est pas facile de montrer l'héritage qu'il y a derrière tout ça, détaché du 7 janvier. On a fait un journal marrant. Moi, j'ai vécu vingt-trois années où je me suis marré. Je voulais parler de ce truc positif qu'a été cette aventure collective autour de l'amour du dessin", confie Luz à Riss.

"L'énergie qu'il a fallu pour faire ce journal pendant vingt-trois ans ne nous a pas laissé le temps d'écrire l'histoire de ce que nous avions vécu ensemble. Le 7 janvier 2015 a fracturé cette aventure qui semblait sans fin. Un gouffre s'est ouvert devant nous, qui nous a tétanisés et obligés à regarder en arrière", écrit Riss, qui apparaît dans la BD aux côtés de Charb, Cabu et Tignous, assassinés le 7 janvier lors de la tuerie dans les locaux où 11 personnes ont été tuées.

"‘Indélébiles’ est une trace laissée pour témoigner de la vie d'un dessinateur de Charlie Hebdo et, à travers lui, de celle de tous les autres qui ont fait de ce journal unique une aventure unique", poursuit-il.