Yann Marussich performeur de la douleur : une rétrospective troublante au Lieu Unique de Nantes

Par @Culturebox
Publié le 24/01/2018 à 17H02
Yann Marussich, artiste performeur expérimentateur de la douleur immobile 

Yann Marussich, artiste performeur expérimentateur de la douleur immobile 

© France 3 / Culturebox

Le performeur Yann Marussich a fait de la douleur son domaine de création. Une carte blanche intitulée "Devenir Immobile" lui est dédiée toute cette semaine au Lieu Unique à Nantes. L'occasion de découvrir en direct ses tableaux vivants comme "Ex-pression" où il pose nu accroché dans une plaque de plexiglas.

Il plonge dans une baignoire remplie de verres brisés, pleure des larmes bleues, s'entrave le cou avec un câble, s'accroche nu dans une vitre en plexiglas, Yann Marussich explore toutes les limites de la douleur. Un acte militant d’engagement radical qui dure depuis plus de trente ans à découvrir au Lieu Unique de Nantes jusqu'au 28 janvier 2018.

Choquant, provocateur, dérangeant, insupportable, émouvant, chaque visiteur reçoit le message artistique différemment. "C'est super intéressant et très très fort", révèle l'un d'eux devant la performance "Ex-Pression". J'ai envie de serrer les boulons, mais je ne suis pas prête à le faire, par contre je suis prête à regarder les gens le faire... C'est assez perturbant...", rapporte une jeune femme. 

Reportage : J. Brénuchon / S. Gadet / S. Boismain 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1170987@Culture

Yann Marussich est un performer qui crée en associant la douleur à ses oeuvres dont il est l'objet. L'ancien danseur contemporain suisse explore l'expérimentation corporelle. Une dizaine de tableaux vivants sont à vivre en communion (ou pas) avec l'artiste au Lieu Unique de Nantes 
  • Ex-Pression (2009)
Une plaque en plexiglas est accrochée comme un tableau. La matière picturale de celui-ci est le corps d’un homme nu, pressé entre la plaque et le mur. A côté, tel un cartel, une tomate est prise dans un dispositif similaire.
Yann Marussich performance © France 3 / Culturebox
Tout au long de la performance, le public est invité à desserrer ou à serrer les écrous maintenant les cadres comme pour en exprimer les contenus. "Vous voulez me serrer, la conséquence ce n’est pas que je vais souffrir, mais ça vous ne le savez pas... Ça me soulage, alors que si vous desserrez, je vais tomber", explique Yann Marussich. 

  •  Bleu Remix (2007)
Installation culte créée en 2001, cette performance impressionne toujours les spectateurs. Dans une cage en verre chauffée à 80°C, Yann Marussich vêtu d’un slip blanc est assis sur un siège et transpire... bleu. La performance est le fruit d'une collaboration avec des chimistes pour trouver la bonne couleur qui perlerait.
  • Bain Brisé (2010)
Un homme tente de s’extraire sans se blesser d’une baignoire remplie de verre brisé. Durant environ deux heures, Yann Marussich nous plonge dans une sorte d’apnée visuelle et sensitive, de la délivrance de son corps appuyée par les sons du verre qui se brise et résonne dans l’espace.
  • Blanc (2015)
Performance créée pour l’espace public. Un homme habillé en costume blanc est debout, immobile et silencieux. Les passants sont invités à répondre à une question posée, en dessinant et en écrivant sur le costume du performeur.
  •  Autoportrait d'une fourmilière (2003)
Installation corporelle qui s’inscrit dans la continuité de Bleu Provisoire, spectacle-manifeste sur l’immobilité. L’artiste est couché durant 5 heures, dans une vitrine de 2m x 1m x 0.5m qui abrite une fourmilière. Sur chaque côté, des casques audio sont mis à disposition du spectateur et diffusent trois sources sonores distinctes.
Le travail de Yann Marussich est une métaphore de l’homme en prise avec ses contradictions, à la fois bourreau et victime du vivre ensemble. Pour sortir de cet écartèlement, une seule issue : forcer les frontières. Toutes les frontières. Intérieures comme extérieures. "Je suis là pour ne pas penser car la douleur apparaît quand on pense", rappelle calmement l'artiste.