"The Greatest Showman" : Hugh Jackman, alias Barnum, dans une comédie musicale spectaculaire

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 23/01/2018 à 21H54, publié le 23/01/2018 à 16H52
Hugh Jaclkman dans "The Greatest Showman" de Michael Gracey

Hugh Jaclkman dans "The Greatest Showman" de Michael Gracey

© Twentieth Century Fox France

"The Greatest Showman", c’est Phineas Taylor Barnum. Une comédie musicale sur le plus grand entrepreneur de spectacles de son temps, dès 1841, est une excellente idée. Le faire interpréter par Hugh Jackman, acteur, chanteur et danseur, en est une autre. Sous la houlette du jeune cinéaste Michael Gracey, "The Greatest Showman" est plein d’énergie, une tornade de musique, de danse et de couleurs.

Biopic musical

Barnum a déjà vu sa vie adaptée au cinéma dans "Le Grand Barnum" (1934) avec Wallace Berry et "Barnum" (1986) avec Burt Lancaster. L’homme de spectacle est aussi en filigrane dans "La Monstrueuse parade" ("Freaks" de Tod browning, 1932) consacré aux monstres de foire qui firent la fortune de P. T. Barnum. Donner une dimension musicale au personnage lui colle tout à fait, puisqu’homme de spectacle, il se voit projeté dans un univers spectaculaire de sons et d’images flamboyantes.
"The Greatest Showman" : la bande annonce
Pas moins de quatre compositeurs ont œuvré à la musique, dont Justin Paul et Benj Pasek, qui ont reçu un Golden Globe pour la très réussie chanson "This Is Me", hymne à la réhabilitation des "freaks". Toute la partition est en outre excellente. Hugh Jackman, vu également dans la médiocre adaptation des "Misérables" en musical, est très performant en Barnum, dans le jeu, le chant et comme danseur, participant dans une large mesure à l’énergie du film.
"The Greatest Showman" de Michael Gracey

"The Greatest Showman" de Michael Gracey

© Twentieth Century Fox France

Caméra chorégraphe

Malgré un seul film à son actif ("Order of Seven", film d’art martiaux inédit en France), "The Geatest Showman" montre la dextérité de Michael Gracey à la réalisation. La reconstitution historique joue avec la fantaisie, les costumes sont chatoyants, les numéros de music-hall sont dynamiques et sa caméra virevoltante danse avec les acteurs, ou vole avec les trapézistes.
Rebecca Ferguson dans "The Greatest Showman" de Michael Gracey

Rebecca Ferguson dans "The Greatest Showman" de Michael Gracey

© Twentieth Century Fox France
La teneur dramatique n’est jamais négligée et régulièrement relancée : l’histoire d’amour entre Barnum et son amie d’enfance, sa différence de classe avec ses beaux-parents, sa réussite progressive, son amitié avec son associé, le rôle du critique James Gordon Benett, son ambiguïté par rapport aux "freaks" et l’opposition d’un certain public à leur encontre, la tournée avec la chanteuse Jenny Lind, dont il fera une star…

Genre difficile et devenu rare au cinéma, malgré son succès sur scène et un retour timide avec le triomphe récent de "La La Land", la comédie musicale retrouve une entière noblesse avec "The Greatest Showman".
"The Greatest Showman" l'affiche française

"The Greatest Showman" l'affiche française

© Twentieth Century Fox France

LA FICHE

Genre : Comédie musicale
Réalisateur : Michael Gracey
Pays : Etats-Unis
Acteurs : Hugh Jackman, Zac Efron, Michelle William Michelle Williams, Rebecca Ferguson, Zendaya, Keala Settle, Yahya Abdul-Mateen II, Paul Sparks
Durée : ​1h44
Sortie : 24 janvier 2018

Synopsis : La naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire.