Stéphane Ferrara : un court-métrage pour boxer contre les préjugés

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/04/2016 à 17H20, publié le 08/04/2016 à 17H18
Stéphane Ferrara pendant le tournage du court-métrage

Stéphane Ferrara pendant le tournage du court-métrage

© France 3 / Culturebox

Le champion de boxe et réalisateur Stéphane Ferrara a décidé lutter contre les préjugés et vaincre certains clichés à l'encontre des jeunes des quartiers dits sensibles. Par le biais de "J'ai vu une étoile", un court-métrage actuellement en tournage dans la ville de Tomblaine, l'ancien boxeur tient à démontrer que cité et boxe ne riment pas avec violence ou délinquance.

Reportage : T. Pernin / O. Bouillon / E. Targe

https://videos.francetv.fr/video/NI_674497@Culture

Qui mieux qu'un ancien des cités pour dénoncer les préjugés dont sont victimes les jeunes issus des quartiers dits sensibles. Ce fils d'immigrés italiens, originaire de Bobigny et ancien boxeur connaît bien le problème.

En partenariat avec la ville de Tomblaine initiatrice du projet, Stéphane Ferrara tient à sensibiliser la société et bousculer les consciences à travers un court-métrage, et démontrer aussi, que vivre dans une cité ou pratiquer un sport comme le sien ne rime certainement pas avec violence ou délinquance. Son parcours exemplaire en atteste aisément ; d'ancien champion de boxe, il est aujourd'hui acteur et réalisateur.

J'étais boxeur amateur de haut niveau, j'étais boxeur professionnel et champion. Je ne suis pas un voyou, j'ai habité dans les cités, j'ai fait le tour du monde, je respecte les gens, je sais dire tu et je sais dire vous. Alors je ne comprends pas pourquoi on pense que dans les cités il n'y a que des gens qui déconnent"

Stéphane Ferrara
Réalisateur

Autour de cette belle initiative, une quinzaine d'adolescents issus eux-mêmes des quartiers sensibles, dont le jeune Axel qui lui aussi a pratiqué la boxe. Il témoigne des valeurs inculquées par cette discipline comme le respect, et déplore certains préjugés ou raccourcis systématiques. 

"Moi quand j'ai boxé on m'a appris le respect, on m'a appris des valeurs que moi-même je me dois de transmettre aux gens. Il y'a beaucoup de préjugés. Lorsque je disais aux gens que j'étais boxeur ils me voyaient d'une différente manière. Et moi je leur disais que je n'étais pas un bagarreur mais un boxeur. Il y'a une différence entre boxer et se bagarrer."

 

"J'ai vue une étoile" sera diffusé le 14 mai prochain en ouverture du festival "Aux Actes Citoyens".