Patrice Leconte tourne sa série documentaire "Boutiques obscures" : la lingerie de Gladys

Publié le 20/02/2018 à 17H06
Gladys et Patrice Leconte lors du tournage "Boutiques obuscures" à Cavaillon 

Gladys et Patrice Leconte lors du tournage "Boutiques obuscures" à Cavaillon 

© France 3 / Culturebox

Patrice Leconte poursuit le tournage de sa série documentaire intitulée "Boutiques obscures". Dédié à des commerces atypiques en voie d'extinction, chaque épisode est l'occasion de découvrir des personnages à qui il donne la parole. Parmi eux, il y a Gladys Gouen qui tient une boutique de lingerie à Cavaillon depuis 1962. La diffusion est prévue sur France 3 en 2018.

Patrice Leconte délaisse pour un temps la fiction et part à la recherche des petits commerçants qui veulent y croire encore. "Boutiques obscures" raconte la réalité de ces métiers oubliés.

Balconnet, bretelle, armature et dentelle, Gladys Gouen est imbattable sur toutes les pièces de lingerie. Il faut dire que la dame de 88 ans a installé sa boutique dans le centre-ville de Cavaillon (Vaucluse) depuis 55 ans. Une bonne "cliente" pour le réalisateur du "Mari de la Coiffeuse" qui s'est immiscé dans l'intimité d'une clientèle particulière.  

Reportage : S. Accarias / M. Bail / S. Cambon-Cazal

https://videos.francetv.fr/video/NI_1189209@Culture

Ces petits commerces attachants 

Avec cette série documentaire réalisée pour France 3, Patrice Leconte avait envie de renouer avec l'authenticité et la pudeur. Après Danièle, la mercière de SarzeauJoseph Trotta, le bouquiniste de Rouen, le réalisateur a croisé la route de Galdy Gouen, qui vend des sous-vêtements à Cavaillon. Si la vitrine est un brin défraichie, Gladys, la tenancière du lieu, est parfaitement apprêtée et tout à fait alerte. Elle accueille et conseille ses clients depuis 1962, toujours avec le même sérieux. Et tel un secret d'alcôve, elle nous apprend même que "laisser dépasser les bretelles, c'est la mode !"
Gladys lingerie © France 3 / Culturebox

La disparition du petit commerce

En tournant ce nouveau projet, Patrice Leconte fait aussi le triste constat de la disparition des petits commerces à l'ancienne. Point de franchise, pas de grandes enseignes, "Boutiques obscures" dépeint le portrait de personnages attachants qui évoquent une autre époque. Celle d'avant internet et du commerce en ligne, celle du "bonjour" cordial et du service au client. "Il s'agit d'immortaliser des commerces qui vont disparaître un jour, comme ici chez Gladys. Est-ce qu'il y aura encore de la lingerie ici à Cavaillon après son départ ?", s'interroge le cinéaste. 
Patrice Leconte en tournage chez Gladys la boutique de lingerie de Cavaillon pour la série documentaire "Boutiques obscures"

Patrice Leconte en tournage chez Gladys la boutique de lingerie de Cavaillon pour la série documentaire "Boutiques obscures"

© France 3 / Culturebox
Alors que Gladys plonge dans ses tiroirs classés par taille de bonnet, Patrice Leconte tourne et s'émeut de cet univers feutré. "Mon plaisir est décuplé par le fait que c'est très intime, ma femme ne porte pas de soutien-gorge, voir cet assortiment me fait rêver et je me demande si je ne vais pas lui en rapporter", avoue-t-il.  

La diffusion de la série est prévue en septembre 2018 sur France 3