Alex Guéry, une jeune étoile française à Hollywood

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/08/2013 à 16H32, publié le 16/08/2013 à 19H04
Alexis Guérineau primé à Hollywood © France 3 Culturebox

Ce jeune cinéaste collectionne les prix. Âgé de 25 ans, il compte déjà 10 ans de carrière et autant de films. En 2013, il a été primé 3 fois. Il a reçu le 2e prix du meilleur court métrage à Hollywood.

Reportage : Olivia N'Ganga, Julien Bernier et Philippe Gay

https://videos.francetv.fr/video/NI_137713@Culture

Le cinéma, Alexis Guéry est tombé dedans tout petit. Enfant, il jouait avec la caméra familiale. Au lieu de faire ses devoirs, il se retrouvait à filmer avec ses copains des mini productions dans les maisons des voisins. A 10 ans, il avait déjà plus d’une centaine de films à son actif.
 
Séance de dérushage

© France 3 Culturebox

Aujourd’hui, à 25 ans, il garde les mêmes réflexes. Il continue de tourner avec des amis loin des sentiers battus, et ça marche. 

ITW © France 3 Culturebox


Casquette vissée sur le crâne, un visage encore enfantin, il a encore la tête dans les étoiles. Et il y a de quoi. Le jeune homme a vécu il y a quelques mois, en avril, une soirée mémorable à Los Angeles. Il a remporté plusieurs prix, dont le 2e meilleur film, meilleure image, meilleur montage, lors des finales du festival du court métrage 48 Hours Film Project.

2 ème prix à Hollywood

© France 3 Culturebox


Une compétition marathon où il s’agissait de créer à partir de figures imposées un court métrage de 8 minutes. Son film "les dernières marches" tourné à Lyon avait déjà remporté 5 prix lui permettant d’accéder à la finale. Une belle victoire lorsque l’on sait qu’il y avait 4000 films en concurrence. "Les projections ont duré cinq jours. Quand j’ai été primé, j’ai eu tout de suite beaucoup de propositions. Hollywood c’est vraiment un autre monde."
 

En tournage d'un prochain court-métrage © France 3 Culturebox


Mais celui qui admire Spielberg ou Polanski, n’a pas tout dit. Son rêve, réaliser enfin son premier long métrage. "Je veux le faire à Tours. C’est ma ville. Je n’ai pas envie de monter à Paris." C’est donc possible d’aller au bout de ses rêves et de garder les pieds sur terre.