Toronto 2018 : "The Hate U give", la cause noire et les bavures policières sur grand écran

Publié le 11/09/2018 à 09H48
De gauche à droite, en haut : Anthony Mackie, Sabrina Carpenter, KJ Apa, en bas : Rina Hall, Russell Hornsby et Amandla Stenberg. Les acteurs "The Hate U Give" de George Tillman Jr présentaient hier le film au Festival du film de Toronto. 

De gauche à droite, en haut : Anthony Mackie, Sabrina Carpenter, KJ Apa, en bas : Rina Hall, Russell Hornsby et Amandla Stenberg. Les acteurs "The Hate U Give" de George Tillman Jr présentaient hier le film au Festival du film de Toronto. 

© AMANDA EDWARDS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le film "The Hate U give" projeté ce week-end en première mondiale au Festival de Toronto met en lumière les violences policières à l'encontre des populations noires aux Etats-Unis. Le long métrage est l’adaptation du roman éponyme à succès d'Angie Thomas.

Le film a été salué tant par les critiques que par le public de la grand-messe nord-américaine du septième art, avant sa sortie officielle aux États-Unis le 19 octobre. 

"J'espère que (ce film) va renforcer l'estime des gens noirs, des filles noires, les aider à se sentir plus forts et à revendiquer la vérité" lors de violences policières, a résumé Amandla Stenberg, qui incarne dans ce film Starr, une adolescente qui cherche sa voie entre le quartier noir déshérité où elle réside et l'école huppée de blancs qu'elle fréquente.

 
Le film suit cette jeune fille de 17 ans dans son combat pour vivre en pleine acceptation de son héritage afro-américain, sans en être prisonnière, avant qu'un contrôle de police ne dérape et ne vire à la bavure. Starr va alors être au coeur d'une intrigue judiciaire qui rappelle tant de tragédies qui ont récemment marqué les États-Unis. 

Un hommage au mouvement "Black Lives Matter" 

Plusieurs villes américaines se sont embrasées ces dernières années après des bavures policières dont les Noirs étaient les victimes, donnant naissance à Black Lives Matter, mouvement de lutte contre les abus de la police envers les Noirs. "J'espère que (ce film) va apporter un éclairage à ces événements et encourager les gens à vraiment en discuter", a fait valoir Mme Stenberg.
 
La 43e édition du Festival du film de Toronto (TIFF) s'est ouverte jeudi et se tient jusqu'au 16 septembre dans la capitale économique canadienne. Avec plus de 300 courts et longs métrages de 74 pays à l'affiche, il s'agit du plus grand festival de cinéma en Amérique du Nord. Il est aussi perçu comme une rampe de lancement pour les Oscars.