"The impossible": Naomi Watts et Ewan McGregor survivent au Tsunami de 2004

Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/11/2012 à 11H42
26 décembre 2004 : un tsunami ravage l'Asie du sud-est

26 décembre 2004 : un tsunami ravage l'Asie du sud-est

© DR

Le 26 décembre 2004, les Alvarez Belon jouent au bord de la piscine de leur hôtel en Thaïlande. Un bonheur balayé par ce qui reste à ce jour l'une des plus grandes catastrophes naturelles de l'Histoire. "The impossible" de Juan Antonio Bayona raconte comment cette famille espagnole a survécu à l'enfer du tsunami. Avec Naomi Watts et Ewan McGregor. Sortie en salles le 21 novembre 2012.

Pour son deuxième film après l'horrifique "L'orphelinat" (2008), Juan Antonio Bayona s'attaque à un autre genre, celui du film catastrophe. Sauf que dans "The impossible", tout est vrai. La famille Alvarez Belon a réellement vécu l'enfer. Emportés par la vague gigantesque qui a fait 230.000 victimes le 26 décembre 2004, le couple et ses 3 enfants ont été séparés avant de se retrouver tous les cinq, miraculeusement indemnes.

 

https://videos.francetv.fr/video/NI_134217@Culture

 

 Une aventure hors du commun qui a séduit les comédiens Ewan McGregor et Naomi Watts. Cette dernière a d'ailleurs été conseillée sur le tournage par Maria Belon elle même. La mère de famille a essayé de transmettre à la star hollywoodienne, le désespoir absolu puis le combat qu'elle a livré pour rester en vie et retrouver les siens.

Un hommage à la volonté humaine

Car de l'aveu même du réalisateur, avant d'être un film à sensations, "The impossible" est avant tout "un hommage à la volonté humaine". Plus que les effets spéciaux pourtant impressionnants - il a fallu un an rien que pour mettre au point la scène du tsunami qui ne dure que 10 minutes à l'écran ! - c'est la psychologie des personnages qui a motivé Juan Antonio Bayona. Comment alors que tout semble perdu, l'amour qui lie des parents à leurs enfants peuvent les faire se transcender et ainsi leur sauver la vie ? 

Replacer le spectateur au coeur de la tragédie

Une question universelle pour une catastrophe qui, ce 26 décembre 2004,  submergea la planète d'une émotion sans précédent. Car ce tsunami, nous l'avons tous vécu en direct, ou presque. Les videos amateurs tournées par les touristes, par les victimes elles-mêmes nous ont permis d'être les témoins de la tragédie. Aujourd'hui Juan Antonio Bayona veut aller plus loin en replaçant le spectateur au centre de la catastrophe. Mission visiblement accomplie pour le film qui a reçu un accueil triomphal en septembre, lors du dernier festival de Toronto et en Espagne où il est sorti le mois dernier.