Trente ans après sa mort, la princesse Grace toujours ambassadrice de Monaco

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 11/09/2012 à 09H40
Grace Kelly / 1954 [Paramount Pictures]

Grace Kelly / 1954 [Paramount Pictures]

© Screen Prod / AFP

"Y a-t-il au monde un endroit aussi beau que ce coin de paradis ?!", s'exclame l'actrice Grace Kelly à l'été 1954 en surplombant Monaco au volant d'une décapotable au côté de Cary Grant. La future princesse, qui vient de slalomer sur une route en corniche où elle perdra la vie en septembre 1982, demeure l'une des meilleures ambassadrices de la principauté.

"La Main au collet" est notre plus grand titre publicitaire de l'histoire", admet Guillaume Rose, directeur du tourisme de la principauté de  Monaco, qui entame toutes ses présentations dans le monde en projetant cette scène d'anthologie. La blonde Grace Kelly - image de la femme parfaite sublimée par Alfred Hitchcock, froide et distinguée mais dissimulant un tempérament de feu -  rencontrera son futur époux le prince Rainier l'année suivante, en marge du Festival de Cannes. Elle se mariera en 1956 et arrêtera sa carrière à 27 ans au  sommet de sa gloire.

La princesse fait toujours recette à Monaco

Trente ans après sa disparition tragique, un 14 septembre à 52 ans, "l'image de la princesse Grace ne faiblit pas", constate M. Rose, qui perçoit aussi un retour de nostalgie. "Elle incarnait une époque de prospérité absolue, un moment de grâce dans tous les sens du terme". La légende de la princesse renversante de beauté dans ses robes des années 50 a gardé toute sa magie, maniée discrètement par la principauté. A l'occasion d'une soirée en juillet à Capri pour attirer à Monaco les hommes d'affaires italiens, le maire avait pavoisé sa ville de photos de la princesse prises en 1959.

Une exposition retraçant l'itinéraire de la star hollywoodienne devenue  princesse, lancée à Monaco en 2007 pour les 25 ans de sa disparition, a depuis voyagé à Paris, Moscou, Rome, Londres, Sao Paulo et Toronto. Sa dernière halte en Australie a attiré cette année 153 000 visiteurs.

"J'ai vu la tristesse envahir Monaco"

"Durant sa carrière d'actrice, elle a toujours incarné des personnages magnifiques, symbolisant par exemple la candeur ou le courage. Greta Garbo ne  peut pas en dire autant", avance le directeur du tourisme. Devenue princesse, "Grace va faire venir le monde entier ici", en  développant les événements culturels. Car "la princesse symbolise la culture, c'est une saltimbanque qui apporte la vie et va insuffler cette fantaisie à l'extrême réalisme de Rainier", analyse ce Monégasque.

La princesse Grace de Monaco et le prince Rainier à Paris le 4 septembre 1956

La princesse Grace de Monaco et le prince Rainier à Paris le 4 septembre 1956

© SFT / AFP
Dans les années 50, la principauté un peu endormie a du mal à remonter la  pente de l'après-guerre, époque où l'on hésite à afficher sa richesse. Puis le  Rocher connaîtra une rapide expansion. "La princesse a donné du lustre à Monaco", dès son arrivée en bateau des  Etats-Unis, souligne son assistante personnelle durant 19 ans, Louisette Lévy-Soussan Azzoaglio."Elle avait tourné une page sur sa carrière, mais elle était très fidèle en  amitié", recevant régulièrement Frank Sinatra, Cary Grant, Ava Gardner, Liz  Taylor, Richard Burton, David Niven ou encore Alfred Hitchcock, se souvient-elle.

Nouvelle version remasterisée de "La main au collet"

"Elle venait d'un autre monde. On l'a qualifiée de froide et de lointaine, mais elle était enthousiaste et très curieuse de cette vie qu'elle découvrait", explique son ancienne secrétaire, louant "son grand sens de l'humour". "Elle avait été une actrice professionnelle, c'était une princesse  professionnelle. Elle était dédiée à ce qu'elle pensait être son rôle de mère  des Monégasques", créant nombre d'institutions caritatives ou des garderies, insiste-t-elle. "A sa mort, j'ai vu la tristesse envahir Monaco".
 

La princesse Grace dans "La main au collet"

Vendredi, jour de la commémoration de son décès, la famille se réunira dans l'intimité d'une chapelle du palais princier. Son fils, le prince Albert II,  assistera néanmoins samedi à la projection de "La Main au collet", dans une  nouvelle version (Blu-Ray remasterisée), destinée à séduire de nouvelles  générations.