Miou-Miou revient dans "Larguées" : "Il aurait fallu être folle pour dire non !"

Mis à jour le 09/04/2018 à 13H20, publié le 09/04/2018 à 12H06
Miou-Miou, plus de quarante ans de carrière et toujours à l'affiche avec "Larguées", la comédie d'Eloïse Lang.

Miou-Miou, plus de quarante ans de carrière et toujours à l'affiche avec "Larguées", la comédie d'Eloïse Lang.

© France 2 Culturebox (capture d'écran)

Miou-Miou revient au cinéma dans "Larguées", une comédie d’Eloïse Lang où elle partage l’affiche avec Camille Cottin et Camille Chamoux. L’occasion pour Laurent Delahousse d’inviter la comédienne dans 20h30 le dimanche pour revenir sur son parcours, de sa rencontre déterminante avec Coluche à son César pour La Dérobade en passant par son rôle dans Les Valseuses.

Dans "Larguées", Miou-Miou incarne une sexagénaire que son mari vient de quitter pour une femme plus jeune. Dépressive, elle est prise en main par ses deux filles, Camille Cottin et Camille Chamoux, qui l’emmènent dans un club de vacances sur l’île de La Réunion. A 68 ans, Miou-Miou trouve à nouveau un rôle en or dans cette comédie, récompensée par le Prix du Public au Festival de l'Alpe d'Huez (+ Prix d'interprétation pour Camille Cottin). Il aurait fallu être folle pour dire non !" avoue en souriant la comédienne qui souligne la qualité de l’écriture et des "répliques qui claquent comme des coups de fouet."

https://videos.francetv.fr/video/NI_1216779@Culture

L'apprenti tapissière rencontre Coluche

Pour elle, tout a commencé "comme une blague" : un soir en boîte de nuit, elle rencontre un certain Michel Colucci, alias Coluche. Celle qui s’appelle encore Sylvette Herry est alors apprentie tapissière à Paris. Cette rencontre a lieu en pleine période de mai 68 et va bouleverser sa vie : Sylvette lâche tout pour suivre Coluche, qui devient son petit ami.  "J’avais une patronne très sympa mais j’ai vu mon avenir tracé d'avance. Mai 68 a tout fait voler en éclats et les portes se sont ouvertes".

Les portes, ce sont celles du Café de la Gare que Coluche retape avec une bande de potes. Sylvette fait d’abord de la peinture et de l’électricité avant de monter sur scène. Coluche la rebaptise, comme le raconte la comédienne :

J’avais une tristesse un peu molle. Coluche m’a dit : 'T’es gnangnan, t’es miou miou' et paf c’est resté !"

Le Café de la Gare puis les Valseuses

C’est aussi au Café de la Gare qu’elle rencontre Jacques Higelin ("Je l’aimais beaucoup" confie la comédienne, attristée par la mort du chanteur-comédien) mais aussi Patrick Dewaere avec qui elle aura une fille, Angèle (aujourd’hui scénariste). Une enfant conçue pendant le tournage des "Valseuses" de Bertrand Blier où Miou-Miou partage l’affiche avec Dewaere et Depardieu. Sorti en 1974, ce film à l’énorme succès (près de 6 millions d’entrées)  la positionne avec force dans le cinéma français, avec l’image d’une femme libre.
"Les Valseuses" Miou-Miou © SN Prodis / C.A.P.A.C. / univers / Collection ChristopheL

Libre de ne pas venir chercher son César

Libre, elle le montre dans le choix de ses rôles (près de 80 dont certains lui valent des nominations au César, 10 au total), éclectiques,  mais qui feront d’elle une tête d’affiche des années 70 au début des années 90 : "F. comme Fairbanks" (1976), "Au revoir... à lundi"(1979), "La femme flic" (1979) et puis "La Dérobade" en 1980. Ce film de Daniel Duval, dans lequel elle incarne une jeune femme naïve, séduite par homme pour qui elle devient une prostituée lui vaut un César de la Meilleur actrice.
Mais la comédienne ne se déplacera pas pour venir chercher sa récompense : "Je la sentais pas cette cérémonie" explique-t-elle. Ce soir-là, son absence a été très mal perçue par Romy Schneider, qui, devant le public, déclare que "Ce n’est pas correct, ni gentil, c’est un manque de respect envers notre profession, quand on est nommé ou même quand on ne l'est pas, de ne pas venir". Interrogée sur cette séquence par Laurent Delahousse, Miou-Miou rappelle qu’à l’époque, certains avaient été outrés par "cette boche qui donnait des leçons à une petite Française", prouvant ainsi la versatilité de l’opinion et sa violence. 

Le message de Christiane Taubira

Ne faire les choses que si on a envie de les faire, c’est peut-être ça la marque de fabrique de Miou-Miou. Et c’est peut-être cet esprit de liberté qui a tant plu à Christiane Taubira. Dans un message enregistré depuis la Guyane, l’ancienne Garde des Sceaux avoue son admiration pour Miou-Miou :

Rien ne peut dissoudre ni diluer la joie que j’éprouve à vous dire combien l’actrice singulière que vous êtes, votre talent, votre esprit vif, drôle, parfois caustique, me réjouissent. Je vous ai vue jouer avant et après 'La Lectrice' (ndlr : un film de Michel Debille sorti en 1988). Ce rôle reste pour moi la toise. Il n’est pas sûr que j’aurais réussi à vous le dire si j’étais sur le plateau, tant j’aurais été occupée à vous boire des yeux."

Christiane Taubira
Miou-Miou- Christiane Taubira © France 2 Culturebox (capture d'écran)


De son côté, Miou-Miou confie à son tour le respect qu’elle a pour Christiane Taubira et la façon dont elle réagit face aux violentes attaques suscitées à l’occasion du mariage pour tous : "Elle a réagi en employant ses armes : sa culture, les mots, la poésie... Elle a répondu avec dignité et force. C’est un socle. Elle est merveilleuse".

Fascinée par ceux qui savent manier la langue française, Miou-Miou avoue écouter ("Il a une voix qui imprègne et des mots très denses, très puissants") celui qui truste le palmarès des ventes de disques, l’inclassable Eddy de Pretto, invité lui aussi de 20h30 le dimanche qu’il va clore en interprétant un des titres phares de "Cure", son premier album, "Mon Kid".