La Cinémathèque prépare un hommage à Bernadette Lafont

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/12/2013 à 19H07, publié le 02/12/2013 à 18H24
Bernadette Lafont dans le film  "Les Godelureaux" de Claude Chabrol (1961)

Bernadette Lafont dans le film  "Les Godelureaux" de Claude Chabrol (1961)

La Cinémathèque française rendra hommage à l'actrice Bernadette Lafont, disparue le 25 juillet dernier à 74 ans, lors d'une rétrospective du 13 au 15 décembre qui sera lancée par Catherine Deneuve.

"Les débuts de sa carrière furent liés à la naissance de la Nouvelle Vague, dont elle est une figure essentielle (...) Elle fut l'anti-femme fatale du cinéma français moderne", a annoncé lundi la Cinémathèque, qui proposera durant trois jours la projection de ses plus grands films, mais aussi des lectures.

Plusieurs films projetés
Le 13 décembre, l'hommage s'ouvrira avec la projection de "Zig-Zig", film de László Szabó de 1974. Bernadette Lafont et Catherine Deneuve incarnent deux chanteuses de cabaret qui se prostituent pour réaliser un rêve.
Une interview de Catherine Deneuve et Bernadette Lafont au sujet du film "Zig-Zig" de László Szabó, sorti en 1975
"Les Mistons" et "Une Belle fille comme moi" de François Truffaut, "Marie et le Curé" de Diourka Medveczky, "Les Bonnes femmes" de Claude Chabrol, "La Maman et la putain" de Jean Eustache seront également projetés.
Un extrait de "La Maman et la putain" de Jean Eustache (1973)
Née le 26 octobre 1938 à Nîmes (Gard), Bernadette Lafont s'est destinée d'abord à la danse tout en rêvant de cinéma. Grâce à son premier mari, le comédien Gérard Blain, elle a rencontré les jeunes réalisateurs de la Nouvelle vague, dont François Truffaut qui lui a offert en 1957 son premier rôle dans "Les Mistons".

En 2003, la carrière de l'ex-égérie de la Nouvelle Vague, qui a tourné une centaine de films, a été couronnée par un César d'honneur.
Bernadette Lafont, "interviewée" par Thierry Le Luron, chante "Une belle fille comme moi" (1972), extrait de la BOF du film du même titre de François Truffaut