Franck Dubosc réalisateur heureux de "Tout le monde debout" : plus d'un million d'entrées en une semaine

Publié le 26/03/2018 à 17H13
Franck Dubosc sur le plateau de France 2, le 25 mars 2018.

Franck Dubosc sur le plateau de France 2, le 25 mars 2018.

© Culturebox - capture d'écran

Son premier film en tant que réalisateur, "Tout le monde debout", s’est hissé en moins de deux semaines en tête du box-office. Une reconnaissance pour l’un des acteurs français les plus populaires et l’aboutissement d’un rêve de môme. Invité de France 2, il revient sur son parcours, de son enfance près de Rouen jusqu’à la célébrité.

Franck Dubosc est un homme heureux. Son premier film cartonne dans les salles. "Tout le monde debout", une comédie romantique comme il la qualifie lui même, qui aborde en toile de fond le sujet du handicap. Son duo avec Alexandra Lamy a déjà attiré plus d'un million de spectateurs depuis la sortie du film le 14 mars. De quoi asseoir un peu plus son statut de "star" de la comédie populaire française.

La célébrité...en Angleterre

Une célébrité que Franck Dubosc a désiré dès son plus jeune âge et qu'il a connue en Grande-Bretagne avant la France, en tournant dans le soap opéra le plus ancien et le plus populaire au monde, "Coronation Street", diffusé depuis 1960. Un succès auquel il va pourtant tourner le dos, car le jeune comédien veut être célèbre, mais dans son pays et pas à l’étranger.

S’en suivront des petits rôles au cinéma et à la télévision, avant une rencontre décisive dans sa carrière, avec Elie Semoun. Ensemble, ils vont produire des sketchs pour la télévision, et c’est Semoun qui l’incite à s’orienter vers la scène et le métier d’humoriste.

Rapidement, Franck Dubosc se fait connaître avec ses one man shows et son personnage de mythomane, de dragueur et de frimeur. Il accède à la célébrité, remplissant désormais les plus grandes salles. L’aboutissement d’un rêve de gosse, quand dans la banlieue rouennaise, enfant timide et complexé issu d’un milieu modeste, il se promettait qu’un jour il pourrait "relever la tête".

Entretien : L. Delahousse

https://videos.francetv.fr/video/NI_1208963@Culture



L’ombre du père

Mais son véritable statut de "star", c’est à "Camping" qu’il le doit. Pour Franck Dubosc "Camping" c’est sa vie, et Patrick Chirac c’est tout simplement son père. Un condensé de ces années heureuses, des vacances d’été au camping comme des millions de Français, et une façon de dire à son père qu’il ne le prenait pas pour un plouc. 

Et pour rester dans l’hommage familial, Franck Dubosc le réalisateur, aimerait bien maintenant se pencher sur l’histoire de son grand-père, Robert, prisonnier pendant la guerre et interné dans un camp de travail. Ce sera peut-être le sujet de son second film.