Film Francophone à Angoulême : une journée avec Laïla Marrakchi, François Cluzet et Albert Dupontel

Par @Culturebox
Publié le 27/08/2013 à 11H29
François Cluzet en compagnie de Christophe Offenstein, le réalisateur de "En solitaire" et Samy Seghir, un des acteurs du film

François Cluzet en compagnie de Christophe Offenstein, le réalisateur de "En solitaire" et Samy Seghir, un des acteurs du film

© FLORENT DUPUY/SIPA

Au Festival du Film Francophone à Angoulême, le public ne sait plus où donner de la tête ! La journée du 26 août a été bien chargée, avec, côté compétition, "Rock the casbah" de Laïla Marrakchi et "9 mois ferme" d’Albert Dupontel avec Sandrine Kiberlain. Les festivaliers ont pu aussi découvrir « En solitaire », premier long-métrage de Christophe Offenstein avec François Cluzet.

Reportage : Ingrid Gallou, Cécile Landais, Christophe Rio, Damien Dubois

https://videos.francetv.fr/video/NI_137975@Culture

« En solitaire » est donc le premier long-métrage de Christophe Offenstein. Inconnu du grand public, il est pourtant réputé dans le milieu du cinéma pour ses qualités de directeur de la photographie. Il a d’ailleurs été nominé aux Césars du meilleur directeur de la photographie pour « Ne le dis à personne » de Guillaume Canet, réalisateur qu’il a retrouvé pour « Les petits mouchoirs ».
Ce cinquantenaire au caractère aventurier (il a fait le Paris-Dakar) a mis la barre très haut pour son premier film en optant pour un tournage en conditions réelles, en mer et sur un vrai bateau. « En solitaire » suit l'aventure de Yann Kermadec (François Cluzet), un navigateur qui accède à son rêve de Vendée Globe lorsqu’il doit remplacer au pied levé son ami Franck Drevil (Guillaume Canet). Mais alors qu’il est en passe de remporter ce tour du monde à la voile en solitaire, il découvre à bord un jeune passager (Samy Seghir, vu dans « Neuilly-sa-mère »). Si l’organisation découvre la présence de ce passager, Yann sera disqualifié…

Sortie nationale le 6 novembre 2013
Cinéaste marocaine vivant en France, Laïla Marrakchi a réalisé trois courts-métrages (« L’horizon perdu », « Deux cents dirhams », « Momo Mambo »,) et un long-métrage “Marock” sortie en 2005. Le film qui décrivait une jeunesse marocaine partagée entre les traditons pesantes et le désir de goûter au plaisirs modernes avait créé la polémique au Maroc. En 2005, il figurait dans la section Un certain regard au Fetsival de Cannes.
Pour « Rock the casbah », Laïla Marrakchi a puisé dans son histoire personnelle. C’est en effet à la suite de mort d’un de ses oncles qu’elle a eu envie de faire ce film, qui parle de la condtion féminine au Maroc avec beaucoup d'humour.

Sortie en France le 11 septembre 2013
Ecriture du scénario, réalisation et travail de comédien. Une fois de plus, Albert Dupontel a endossé toutes les casquettes pour « 9 mois ferme », une comédie qui montre l’évolution d’une juge célibataire et plutôt rigide, incarnée par la décidément très drôle Sandrine Kiberlain. Elle découvre qu’elle est enceinte mais n’a aucun souvenir du moment et de la personne avec qui elle a pu engendrer cet (heureux ?) événement. Sa vie va être bouleversée quand elle découvrira qu’il s’agit d’un criminel poursuivi pour agression, joué par Albert Dupontel, décalé à souhait.

Sortie nationale 16 octobre 2013