En Russie, Gérard Depardieu habitera "rue de la Démocratie"

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/02/2013 à 18H37, publié le 22/02/2013 à 10H00
Gérard Depardieu le 1er février 2013 à Dresde où il a reçu un prix pour l'ensemble de sa carrière lors du Semper Opera Ball

Gérard Depardieu le 1er février 2013 à Dresde où il a reçu un prix pour l'ensemble de sa carrière lors du Semper Opera Ball

© Arno Burgi / DPA / AFP

L'acteur français, qui vient d'acquérir la nationalité russe, aura pour adresse d'enregistrement la "rue de la Démocratie" à Saransk, dans la région de Mordovie, a affirmé vendredi l'agence publique Ria Novosti. Il est par ailleurs de retour en Russie.

"Comme l'impose la loi, Gérard Depardieu va être enregistré à une adresse de résidence en Russie", a déclaré à l'agence une source au sein des autorités de Mordovie, la république russe où se trouve la ville de Saransk, à quelque 650 km à l'est de Moscou.

La même source a précisé auprès de Ria Novosti que l'acteur français serait enregistré à l'adresse de membres de la famille de son ami de longue date, le directeur du Fonds d'archives cinématographiques russes Nikolaï Borodatchev, originaire de la région. Cette adresse est située rue de la Démocratie (Demokratitcheskaïa), indique l'agence russe. "Depardieu n'est pas propriétaire de cet appartement, il y sera simplement enregistré, les propriétaires sont d'accord", a ajouté la source.

Une polémique qui dure depuis décembre
Gérard Depardieu, qui a fêté ses 64 ans le 27 décembre (en pleine tempête médiatique à la suite de son exil fiscal belge), s'était vu offrir début janvier la nationalité russe par Vladimir Poutine. La polémique avait flambé notamment à la suite des propos du Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui avait qualifié de "minable" sa décision de quitter la France pour la Belgique pour des raisons fiscales.

Dans la foulée, Gérard Depardieu avait qualifié la Russie de "grande démocratie" et critiqué l'opposition russe, tout comme le groupe féminin contestataire Pussy Riot.

Après avoir rencontré Vladimir Poutine début janvier, le comédien s'était déjà rendu en Mordovie, une région par ailleurs connue pour ses camps de détention. Une des deux membres emprisonnées des Pussy Riot y purge sa peine de deux ans pour la fameuse "prière punk" anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou.

Gérard Depardieu, qui a par la suite précisé qu'il restait "Français" et maintenait par ailleurs son intention d'acquérir la nationalité belge, n'a du reste pas indiqué qu'il comptait résider à Saransk. Mi-janvier, le quotidien russe "Komsomolskaïa Pravda" avait cité son ami Nikolaï Borodatchev, selon lequel l'acteur avait demandé de lui faire construire une "belle maison en bois" près de Moscou.

De retour en Russie
La Première chaîne de télévision publique a montré des images de l'arrivée de Gérard Depardieu à l'aéroport de Moscou jeudi soir. L'acteur français Gérard Depardieu, de  retour en Russie, dont il a pris la nationalité après une polémique en France,  a visité vendredi le Bolchoï avec le ministre de la Culture, parlé de projets à  la télévision, et devait aussi rencontrer le patriarche orthodoxe. "Je suis heureux d'avoir la nationalité russe, parce que j'ai toujours aimé  la culture et la littérature russes", a répété l'acteur, arrivé la veille au soir à Moscou, et cité par l'agence Itar-Tass.

Projet de feuilleton à la télé russe 
La télévision publique russe l'a montré visitant le Bolchoï en compagnie du ministre Vladimir Medinski, discutant de Pouchkine et énumérant de grands noms de la culture russe : "beaucoup de choses ici sont liées aux noms de  compositeurs, chanteurs, danseurs - Tchaïkovski, Prokofiev, Nijinski", a  souligné Gérard Depardieu, selon Itar-Tass. C'était la première visite de l'acteur français au premier théâtre de Russie, selon la chaîne de télévision Rossia 24. "Nous avons discuté avec Vladimir (Medinski, ndlr), et sommes convenus de faire une sorte de feuilleton à la télévision avec des héros russes", a  poursuivi l'acteur, selon Interfax. Selon le Fonds d'archives cinématographiques russes, dont le directeur Nikolaï Borodatchev est son ami, il devait aussi s'entretenir avec le  patriarche de toutes les Russies Kirill, chef de l'Église orthodoxe.

Depardieu se pose en "ambassadeur" d'une "Russie nouvelle" 
"Maintenant, il y a une Russie nouvelle qui se reveille et qui est toute  celle que j'aime, parce que c'est celle qui protège la littérature, les  auteurs, les peintres et les musiciens", a déclaré M. Depardieu, lors de  l'inauguration après travaux du cinéma Illusion, une salle célèbre de la  capitale russe.

C'est la Russie "que les pays étrangers ne connaissent pas tout à fait  encore et que votre président essaye de remettre à l'honneur de ce qu'est l'homme et la femme russe", a poursuivi l'acteur qui ne cesse de répéter qu'il  est "heureux" d'avoir un passeport russe reçu début janvier. "Et je suis un peu le messager, le baladin du monde occidental,  l'ambassadeur d'une Russie nouvelle que j'aime", a-t-il souligné. "Vous avez de trop belles femmes et des gens trop bien", a ajouté l'acteur.

Il est également attendu en fin de journée à l'inauguration après travaux du cinéma Illusion, une salle célèbre de la capitale dont son ami Nikolaï Borodatchev est également directeur, selon le site du Fonds.

Samedi, Gérard Depardieu doit se rendre dans sa nouvelle ville d'adoption, Saransk, capitale de la république de Mordovie, où les autorités locales doivent effectuer l'enregistrement de son adresse officielle de résidence en Russie.

Sa nouvelle visite en Russie intervient quelques jours avant la visite à  Moscou du président français François Hollande, les 27 et 28 février prochains.