Christian Clavier dans "A bras ouverts" : "Une comédie fait plus bouger les choses qu'un film sérieux"

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/04/2017 à 14H09, publié le 03/04/2017 à 12H02
Christian Clavier, un des rois du box-office français.

Christian Clavier, un des rois du box-office français.

© France 2 Culturebox

Christian Clavier est de retour au cinéma dans "A bras ouverts", une comédie signée Philippe de Chauveron (sortie le 5 avril) avec qui il avait collaboré pour "Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ?". Cette fois, le comédien incarne un intellectuel de gauche qui accueille des Roms chez lui. Avant sa sortie, le film suscite une polémique que le comédien tente de relativiser dans le JT de France 2.

Dans cette comédie, Christian Clavier incarne Jean-Etienne Fougerole, une figure de la scène littéraire et intellectuel humaniste marié à une riche héritière devenue artiste, jouée par Elsa Zylberstein. Le couple vit dans une certaine opulence, loin de certaines réalités. Quand le romancier publie son nouveau livre intitulé "A bras ouverts" où il invite les plus aisés à accueillir des personnes dans le besoin chez eux, il se voit mis au défi par un de ses opposants d’appliquer à lui-même cette hospitalité. C’est ainsi qu’il voit arriver chez lui une famille de Roms menée par Ary Abittan. De quoi tester la force et la sincérité de ses convictions...

Le roi de la comédie au box-office

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas Christian Clavier (l'acteur suscite souvent l'agacement voire un certain mépris notamment celui de personnes qui sont assez proches de son personnage de bobo intello dans le film), force est de reconnaître que depuis ses débuts, l’acteur a été à plusieurs reprises à l’affiche de films qui ont été des succès du box-office. "Les Bronzés", "Le Père Noël est une ordure", "Papy fait de la résistance", "Les Visiteurs", "Astérix et Obélix" et enfin "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?" (plus de 12 millions d’entrées)...

Comme le rappelle Valérie Gaget dans son reportage où elle reprend les grandes étapes du parcours de Christian Clavier, "il est le seul comédien à avoir tourné 4 films vus par plus de 10 millions de spectateurs". Roi de la comédie, il a aussi prouvé qu'il avait une étoffe dramatique en incarnant Napoélon pour la télévision.

Mais pour lui, "l’important, c’est moins les entrées que le contact que ça me donne avec le public", confiait-il à Leïla Kadour sur le plateau du 20H de France 2 où il était l’invité le 2 avril. Comment explique t-il sa popularité ? "Je ris des mêmes choses que le public. Quand je choisis un film, je me demande  "Est-ce que j’irais le voir ?", comme un spectateur ".

https://videos.francetv.fr/video/NI_958659@Culture

"On n'a plus le droit de faire plein de choses"

Bien avant sa sortie, "A bras ouverts" doit faire face à une polémique qui accuse le film de racisme et de clichés envers la communauté Roms. Une accusation réfutée par Christian Clavier qui rappelle qu'on "ne fait rire qu'avec les défauts" des gens et que l'on vit dans une époque où "on n'a plus le droit de faire plein de choses". Et de citer des films comme "Rabbi Jacob", "Le Père Noël est une ordure" ou encore "Papy fait de la résistance" qui n'ont jamais été accusés de racisme ou de discrimination. 

Un travail en amont 

Pourtant, l'équipe du film avait effectué un travail en amont pour désamorcer ce genre d'attaques, en soumettant le scénario à des membre de la communauté Roms qui ont aussi assisté au tournage. Parmi eux, un certain Sorin Mihal : "Il avait pour mission de nous dire si ce que nous faisions ou montrions était juste ou pas, tout en sachant évidemment qu’il ne s’agissait pas d’un documentaire mais d’une comédie ! Ça l’a fait beaucoup rire et il a surtout vu qu’il n’y avait aucune malveillance dans notre propos..." explique Philippe de Chauveron. Et ce sont aussi des membres de la communauté Roms qui "jouent" la famille d'Ary Abittan.

Toute celle polémique va t-elle desservir le film ou au contraire, lui donner encore davantage de visibilité ? Comme d'habitude, au final, c'est le public qui tranchera !