Cheetah, le singe de Tarzan, est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 28/12/2011 à 15H19
Maureen O'Sullivan, Cheetah et Johnny Weissmuller dans "Tarzan l'homme singe" (1932)

Maureen O'Sullivan, Cheetah et Johnny Weissmuller dans "Tarzan l'homme singe" (1932)

© AFP / Photo12.com / Collection Cinéma

Un chimpanzé nommé Cheetah, qui serait le légendaire primate mis en vedette dans les films de Tarzan dans les années 1930, s'est éteint à l'âge de 80 ans, a annoncé mercredi la réserve de Floride, dans le sud-est des Etats-Unis, dans laquelle il vivait.

"C'est avec une grande tristesse que la communauté a perdu un ami très cher et un membre de sa famille le 24 décembre 2011", a précisé sur son site internet le Suncoast Primate Sanctuary de Palm Harbor (Floride).

Le personnage de Cheetah est apparu dans les films "Tarzan, l'homme singe" en 1932, puis "Tarzan et sa compagne" en 1934, aux côtés de l'ancien champion
olympique de natation Johnny Weissmuller (1904-1984) et de l'actrice Maureen O'Sullivan (1911-1998), qui était par ailleurs la mère de Mia Farrow. Ces films, qui firent la gloire de Johnny Weissmuller, figurent parmi les plus célèbres adaptations à l'écran du personnage créé par l'écrivain américain Edgar Rice Burroughs (1875-1950).

Des doutes subsistent sur son identité
L'identité du primate est toutefois controversée, plusieurs singes ayant été utilisés à Hollywood à cette époque. Les propriétaires d'un autre vieux chimpanzé, nommé Cheeta -sans le "h"- et qui vit, lui, en Californie, ont affirmé que c'était en fait leur singe qui accompagnait Tarzan à l'écran. Mais des recherches effectuées en 2008 ont montré qu'il était bien trop jeune pour avoir tourné au cinéma dans les années 1930. L'espérance de vie d'un chimpanzé est habituellement d'environ 45 ans.

Un singe peintre, mélomane, fan de foot et plein d'empathie
Cheetah, le chimpanzé de Floride, qui serait arrivé dans le centre en 1960, est mort d'une insuffisance rénale. Il adorait peindre avec ses doigts, regarder du football américain et écouter de la musique religieuse, a raconté Debbie Cobb, la directrice de la communication du refuge, au quotidien Tampa Tribune. Il adorait aussi voir les gens rire. "Il savait si ma journée se passait bien ou pas. Il essayait toujours de me faire rire s'il pensait que je passais une mauvaise journée. Il était très sensible aux sentiments humains", a-t-elle confié au quotidien floridien.

Selon Ron Priest, qui travaille au sanctuaire, Cheetah sortait du lot car il savait marcher le dos droit, comme un humain, et possédait de nombreux talents. "Quand il n'aimait pas quelqu'un ou quelque chose, il ramassait ses excréments et les jetait sur lui. Il pouvait vous atteindre à 10 mètres à travers des barreaux."
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_128819@Culture