Agnès Varda : "Les femmes ne sont pas assez en colère"

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 14/10/2017 à 13H10
Agnès Varda le 9 octobre 2017 à Beverly Hills (Californie).

Agnès Varda le 9 octobre 2017 à Beverly Hills (Californie).

© Valerie Macon / AFP

Agnès Varda recevra en novembre un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Le dernier documentaire itinérant de la cinéaste âgée de 89 ans, "Visages, Villages", réalisé avec l'artiste de rue JR, vient de sortir aux Etats-Unis et bénéficie de critiques élogieuses. Dans un entretien réalisé à Los Angeles avec l'AFP, elle revient sur son travail et sur l'actualité.

Autodidacte du cinéma, Agnès Varda est une des dernières représentantes de la Nouvelle Vague. Elle qui fut durant trente ans la compagne du réalisateur Jacques Demy ("Les Demoiselles de Rochefort", "Peau d'Âne", etc) est aussi l'une des rares réalisatrices de ce mouvement du cinéma français né à la fin des années 50 et dont les fers de lance sont Godard, Truffaut, Rohmer, Chabrol et Rivette.

Agnès Varda, qui est aussi plasticienne, a une cinquantaine de films à son actif dont "La pointe courte" (1955), "Cléo de 5 à 7" (1962), "Black Panthers" (1968), "L'une chante, l'autre pas" (1977), "Sans toit ni loi" (1985) et "Les Glaneurs et la glaneuse" (2000).

Arès avoir reçu un César d'honneur en 2001 et une Palme d'Or d'honneur à Cannes en 2015, Agnès Varda recevra le 11 novembre à Los Angeles un Oscar d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre.
 
Harvey Weinstein, le producteur accusé de harcèlement

Agnès Varda : Il y a toujours eu des hommes qui se sont comportés comme des cochons. J'ai milité comme féministe, j'ai même fait un film féministe, "L'une chante, l'autre pas", parce que ce n'est pas seulement (le harcèlement sexuel et les agressions à Hollywood, à l'image du producteur Harvey Weinstein accusé par une vingtaine de femmes), mais aussi les salaires, les problèmes de conception, c'est tellement un grand sujet. Les femmes ne sont pas assez en colère.

 
Los Angeles

Ca me fait grand plaisir d'être ici (à Los Angeles) et ça me rend un peu nostalgique. J'y viens depuis si longtemps. D'abord avec Jacques Demy (dont elle fut la compagne pendant 30 ans) pendant les années 60. On y a eu une vie extraordinaire, il travaillait pour (les studios de) la Columbia. Et puis on est revenus en 79 pour trois ans. J'ai de la difficulté à New York que je trouve trop électrique mais je trouve Los Angeles fascinante. J'y ai beaucoup d'amis. 
 

"Visages villages" : la bande annonce
 
L'utopie au coeur de "Visages, Villages"

Avec JR, (dans "Visages, Villages") on veut mettre en valeur ces personnes sans pouvoir. On ne veut pas faire de politique, dès qu'on dit le mot politique, on pourrit tout. On cherche plutôt à comprendre ce qui nous fait souffrir dans la société et, par l'utopie, on essaierait de le calmer, de montrer que les gens devraient naturellement s'entendre. Dans ce monde de mocheté, on a envie de trouver du plaisir entre les gens (...). Tous les gens qui oeuvrent par création ou action sociale pour que ça aille mieux, ça fait plaisir.

 
Les marginaux ont des choses à dire

Beaucoup de mes films sont tournés dehors avec des gens qui marchent. J'avais fait un film, "Sans toit ni loi", c'était avec Sandrine Bonnaire, une gamine révoltée sur la route. Parce que les gens révoltés, les marginaux, les squatteurs, ces gens qu'on n'écoute pas, ils m'intéressent parce que j'essaie de faire comprendre qu'ils ont des choses à dire, ils ne sont pas des rejets de la société. Cette idée du formatage, qui est si grave pour les patates et pour d'autre choses, tous les gens qui sont hors format, nous apprennent un peu plus que ceux qui sont bien cadrés.

 
Petits budgets, grands films (quoi qu'elle en dise)

J'ai jamais eu beaucoup d'argent pour faire des grands films. Avec des petits moyens, j'ai essayé de faire de petits films. Ils ont quand même eu assez de répercussions pour ne pas être oubliés, c'est déjà beau mais je n'ai pas de prétention. Je fais des films que les gens aiment mais qui ne gagnent pas d'argent. Je m'étonne donc d'avoir l'honneur d'un Oscar d'honneur car je pensais que les Oscars allaient plutôt vers ceux qui réussissaient. On a fait au mieux mais je préfèrerais être un peu plus à l'aise, chaque film a été un combat, même avec ma soi-disant célébrité, à chaque film on a du mal à trouver l'argent.

 
Des films jamais réalisés

Je n'ai pas de rêves de cinéma inachevés. J'ai toujours été au bord de quelque chose qui arrivait, qui devenait urgent. Je n'ai pas le projet de vie. Il y a plusieurs films que j'ai écrits et que je n'ai pas pu faire. Hop! je passe à autre chose.