Sara Forestier, institutrice idéaliste et investie dans "Primaire" d'Hélène Angel

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/01/2017 à 15H46, publié le 02/01/2017 à 16H54
Sara Forestier campe une institutrice dévouée dans "Primaire"

Sara Forestier campe une institutrice dévouée dans "Primaire"

© Copyright Studio Canal

Après "La tête haute" où elle campait une mère célibataire immature, Sara Forestier est de retour dans "Primaire" de la réalisatrice Hélène Angel. Avec un rôle bien différent. Elle incarne Florence Mautret, une institutrice prête à tout pour aider l’un de ses élèves en difficulté. Un film poignant et juste sur la transmission qui sort dans les salles le 4 janvier prochain.

Florence Mautret est professeur des écoles. Elle est aussi passionnée, et dévouée corps et âme à sa classe de CM2, peuplée d’élèves attachants prêts à passer en sixième. Mais l’arrivée de Sacha, un enfant abandonné par sa mère, va venir la bouleverser… Avec cette comédie dramatique, la réalisatrice Hélène Angel décrit avec justesse le monde de l’école et de la transmission du savoir. 

Reportage : S. Gorny / N. Hayter / A. Berthiau / O. Dumont / D. Reutenauer

https://videos.francetv.fr/video/NI_887347@Culture

Une enseignante investie et passionnée

Sara Forestier incarne cette institutrice idéaliste et émouvante, qui couve un peu trop ses élèves. Un personnage authentique qui l’a touchée, au cœur d’un métier de transmission qui l’a toujours fascinée : "C’est vraiment à l’école que je me suis construite en tant que personne. C’est aussi pour ça que j’avais envie de faire ce film, pour montrer que l’école n’est pas juste un endroit où l’on apprend, mais aussi un endroit où l’on se construit. Un enfant, quand il comprend des choses, il se sent valorisé".  
"Primaire" décrit avec justesse l'investissement d'une enseignante

"Primaire" décrit avec justesse l'investissement d'une enseignante

© Copyright Studio Canal
Florence est donc un personnage fort et fragile à la fois, plongé dans un milieu scolaire pas toujours facile. Lorsqu’elle rencontre Sacha, un enfant livré à lui-même que sa mère a abandonné en lui laissant de l’argent, sa vie se retrouve chamboulée. Elle va le prendre sous son aile et tout faire pour lui venir en aide, quitte à outrepasser ses fonctions et délaisser son propre rôle de mère. Un sujet difficile, comme le souligne Hélène Angel, car "la maltraitance dans l’abandon, c’est terrible". D’autant plus que l’école primaire marque une étape importante de la vie, évoquée dans le film par le passage en sixième.

Deux ans en immersion

C’est un long-métrage qui parle de l’investissement d’une jeune enseignante pour son métier, mais aussi une véritable plongée dans le monde en ébullition d’une école primaire. Des élèves castés pour leur naturel, et pour encore plus d’authenticité, la réalisatrice, Hélène Angel, a passé deux ans d’immersion en province pour préparer son film. "J’avais quelques amis enseignants, qui ont passé le mot à des collègues. J'ai ainsi pu passer du temps au fond de plusieurs classes, à prendre des notes", raconte Hélène Angel, interrogée par l’AFP.
Car l’école primaire, contrairement au lycée ou au collège, est un lieu peu investi par le cinéma français. Il est pourtant un véritable endroit de transmission, que la réalisatrice s’est appliquée à décortiquer pour dépeindre des relations entre professeurs et élèves plus vraies que nature. Résultat : une fiction émouvante et juste, qui a la force d’un documentaire.

Sara Forestier était l'invitée du Grand Soir 3 du lundi 2 janvier pour en parler plus en détail :

https://videos.francetv.fr/video/NI_888181@Culture

Dans les salles obscures mercredi 4 janvier 2017

"Primaire" avec Sara Forestier et Vincent Elbaz

"Florence est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre..."