Pour la COP21, Mélanie Laurent et Cyril Dion imaginent leur monde de "Demain"

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/12/2015 à 15H51, publié le 01/12/2015 à 11H26
Mélanie laurent et Cyril Dion dans "Demain"

Mélanie laurent et Cyril Dion dans "Demain"

© Mars Distribution

Dans "Demain", qui sera projeté pour la Cop21, Mélanie Laurent et Cyril Dion font un tour rafraîchissant et convaincant des solutions pour un monde meilleur.

La note Culturebox

3
3/5
Jamais la situation écologique n’a été aussi grave. Les choses vont mal. Tout va trop mal. On le sait tous. Et on s’acharne à le répéter. Mais cela est-il vraiment utile ? Les études prévoyant la fin proche d’une partie de notre humanité se multiplient. Des annonces alarmistes en tout genre devenues monnaie courante et qui prouvent une chose : si rien n’est fait, si l’on continue à ce rythme effréné et inconscient, l’avenir est sombre. Réchauffement climatique, surpopulation ou destruction de ressources semblent nous conduire vers un point de bascule. Un monde dans lequel les générations futures viendraient à manquer dramatiquement d’eau et de nourriture. Mais "les gens ne veulent plus qu’on leur dise que tout va mal", d’après Mélanie Laurent.
L'équipe du film "Demain"

L'équipe du film "Demain"

© Mars Distribution

Montrer des initiatives

Alors avec Cyril Dion, ancien responsable de Colibris, une ONG qu'il a participé à fonder avec Pierre Rabhi en 2007 pour la construction d’une société écologique et humaine, ils ont eu une autre idée. Montrer des initiatives. Celles de ces femmes et de ces hommes qui inventent un autre monde, respectueux de la nature et des humains.
 
"Montrer l’exemple n’est pas la meilleure façon de convaincre. C’est la seule", disait Gandhi. Les deux compères ont donc décidé de prendre la route pour aller à la rencontre de ces pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation.
 
Construit par chapitre, ce documentaire se veut surtout un habile puzzle, pédagogique et didactique où sont mises bout à bout des initiatives aussi positives que concrètes. Elles permettent de voir qu’un autre monde est possible. Car ce documentaire c’est surtout l’histoire de ces possibles. Une histoire qui donne envie de se retrousser les manches. Pour construire un demain, différent.

Les militants d’un monde nouveau

La petite équipe s’est d’abord rendue à Détroit. La ville qui incarne peut-être le mieux les limites d’un capitalisme autodestructeur. Et devenue depuis quelques années cette friche rédemptrice et opportune pour penser une nouvelle manière de vivre, plus équitable, plus autonome et plus durable. La ville a perdu la moitié de sa population en 60 ans. Mais ceux qui y sont y restés ont décidé, dans un sursaut optimiste, de la reprendre en main. De reprendre en main leur alimentation. Des milliers de jardins et de fermes ont alors poussé sur les hectares laissés vacants. L’agriculture urbaine à Détroit, les jardins propagandes de Grande-Bretagne... ce thème de l’agriculture nous mène vers un autre, intrinsèquement lié, celui de l’énergie.
Agriculture urbaine

Agriculture urbaine

© Mars Distribution
Où l’on constate que la moitié de l’électricité du Danemark est déjà issue d’énergies renouvelables. Mais aussi un chapitre sur l’économie et cette banque suisse, la WIR, qui fonctionne avec sa propre monnaie afin de promouvoir les petites entreprises dont l’activité est mise en réseau. Des militants d’une démocratie totale en Islande ou d’autres, en Finlande, qui tentent d’inventer une nouvelle pédagogie basée plus sur l’apprentissage que sur l’évaluation.

Rafraîchissant et un brin esthétisant

Un voyage rafraîchissant et un brin esthétisant. Un documentaire sonore où le cadre et la lumière sont finement travaillés. Mais la stylisation est parfois un peu envahissante, un peu à l’image de la précédente réalisation de Mélanie Laurent ("Respire") et on se demande souvent l’utilité de certains plans.
 
Une Mélanie Laurent qui avait déjà manifesté un intérêt naissant pour les questions écologiques en prêtant sa voix au documentaire "The end of the line". Elle paraît là investit, totalement. Elle se met à notre hauteur, pose des questions qu'on pourrait tous se poser, sans jamais tomber dans la naïveté. Un angle de narration qui permet au spectateur de s’identifier aux personnages présentés. Les transitions sont emmenées habilement. La trame s’étire intelligemment. Jusqu’à dessiner peu à peu le début d'une résilience à laquelle, après avoir vu ce film, on souhaiterait bien prendre part. 
Documentaire de Mélanie Laurent et Cytil Dion - Durée : 1h58. Sortie le 2 décembre 2015

Synopsis : Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d'une étude qui annonce la possible disparition d'une partie de l'humanité d'ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l'éviter. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_556604@Culture