"Mon Ket", le premier film de François Damiens, tourné en caméra cachée

Mis à jour le 29/04/2018 à 17H40, publié le 29/04/2018 à 17H27
"Mon Ket", François Damiens méconnaissable dans son premier film en tant que réalisateur 

"Mon Ket", François Damiens méconnaissable dans son premier film en tant que réalisateur 

© StudioCanal

François Damiens débarque sur le grand écran avec "Mon Ket". Un premier film du même délire que "François l'embrouille" qui raconte l'histoire d'un père qui s'évade de prison pour retrouver son fils ("ket" en bruxellois). Tourné entièrement en caméra cachée et sous forme de sketches, le film enchaîne les situations absurdes. En salles dès le 30 mai 2018.

Pour "Mon Ket", sa première réalisation, le comédien belge François Damiens se grime et livre un film à sketchs entièrement tourné en caméra cachée. Le comédien belge est de passage en ce moment dans le Nord pour une présentation en avant-première.

Reportage : J. Blanquart / B. Espalieu / V. Dusausoy

https://videos.francetv.fr/video/NI_1226739@Culture

Un personnage haut en couleurs

Intitulé "Mon Ket" ("mon fils" en bruxellois), le film suit l'acteur belge (tout aussi hilarant naturellement que dans la peau de François l'Embrouille, le personnage utilisé dans ses caméras cachées) dans le rôle d'un détenu, Dany Versavel, qui s'évade de prison afin de retrouver son fils de 15 ans, Sullivan.
Le film mêle de vraies tranches de rire et des moments intenses d'émotion. Le tout sur le fil, entre fiction et réalité. "Il n'y a personne qui joue mieux que quelqu'un qui ne sait pas qu'il est filmé. Moi j'étais juste le faire-valoir".
Mon Ket F. Damiens © StudioCanal
Ce personnage haut en couleurs sans pudeur ni retenue va coiser sur son chemin des personnes d'une bienveillance incroyable. "C'était saisissant de se dire que les gens sont gentils, généreux et humain", rapporte François Damiens.

"Mon Ket" film belge de François Damiens - avec François Damiens, Matteo Salamone, Tatiana Rojo - Durée 01h29 - Sortie le 30 mai 2018

Dany Versavel a un souci avec son fils : à 15 ans, Sullivan ne veut plus d’un père qui fait le king derrière les barreaux. Pour Dany, son « ket », c’est sa vie, hors de question de le laisser filer. Il décide donc de s’évader de prison prématurément ! Entre cavales, magouilles et petits bonheurs, il a tant de choses à lui enseigner. Un apprentissage à son image. Au pied de biche, sans pudeur ni retenue. Mais là où l’on pouvait craindre le pire, se cache peut-être le meilleur…