"Les Affamés" : Louane, porte-parole d’une génération galère

Publié le 26/06/2018 à 18H10
Louane dans "Les affamés"

Louane dans "Les affamés"

© StudioCanal

Louane Emera est de retour au cinéma avec "Les Affamés" un film de Léa Frédeval. La chanteuse et comédienne incarne le rôle d’une jeune femme qui tente de se faire une place dans notre société.

La France a découvert Louane en 2014 dans "La Famille Belier". Un rôle qui lui a valu le César du meilleur espoir féminin. Depuis la jeune comédienne, qui est également chanteuse, a fait deux albums et deux films. Son dernier long-métrage "Les Affamés" sort ce mercredi 27 juin dans les salles de cinéma.  

Reportage : A.Fimbel-Bauer / G.Gosalbes / E.Brouillard /S. Lacombe 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1257607@Culture

Une jeunesse désabusée

Si Louane n’avait pas connu le succès à 18 ans, elle aurait certainement pu être Zoé. La jeune femme qu’elle incarne dans "Les Affamés". Cette diplômée de 21 ans découvre la dure réalité du monde du travail avec pour seules propositions des stages ou des petits boulots mal payés. Et Zoé ne supporte plus d’entendre "C’est normal, t’es jeune". Alors avec sa bande de colocataires, elle décide de changer les choses et se lance dans un combat pour défendre cette génération d’affamés. Un combat qui pour Louane n’est pas intergénérationnel.  

Pour moi, il n’y a pas le monde des vieux et celui des jeunes. Il n’y a pas de fracture. C’est juste un manque d’écoute. C’est d’ailleurs le message du film.

Louane Emera 
Louane et ses colocataires 

Louane et ses colocataires 

© StudioCanal

Du blog... au film 

Cette comédie sociale, c’est l’histoire de Léa Frédeval qui a, elle aussi, connu les galères et la précarité malgré ses diplômes. En 2013, elle lance un blog pour dénoncer ces abus.

C’était des situations que je ne trouvais pas normales, qui me m’étaient en colère. J’avais besoin de mettre noir sur blanc ce vécu pour que ça sorte et que je ne devienne pas aigrie.

Léa Frédeval, auteur et réalisatrice

Le blog devient un livre en 2014, puis un film que Léa Frédeval réalise elle-même. Une histoire qui se termine bien et qui devrait donner de l’espoir à une génération en quête de reconnaissance.