"Le Prix du succès". Tahar Rahim : "J’avais envie de m’exprimer autrement, d'être plus lumineux"

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/08/2017 à 11H43, publié le 21/08/2017 à 12H16
Tahar Rahim sur le plateau de France 2 pour "Le prix du succès"

Tahar Rahim sur le plateau de France 2 pour "Le prix du succès"

© France 2 / Culturebox / Capture d'écran

En 2010, Tahar Rahim recevait le César du meilleur acteur pour le rôle poignant d'un jeune condamné dans "Un prophète". Changement de ton, il interprète dans le "Prix du Succès" de Teddy Lussi-Modeste un showman solaire et extraverti en pleine ascension. Mais la réussite et l'univers du stand-up lui feront bientôt payer le prix du succès. "Le Prix du succès" sort en salles le mercredi 30 août.

Entre trahisons, déceptions et séparations, le succès n'est pas toujours évident à gérer. Humoriste, Brahim mène depuis dix ans une carrière à succès. Proche de sa famille, il protège les siens depuis toujours. Mais son grand frère Mourad, manager incontrôlable, se montre de plus en plus violent et agressif. Linda, la compagne de Brahim, prend progressivement sa place et quand Brahim l'appelle sur scène pour la remercier, Mourad reste en retrait, dans l'obscurité. Tout un symbole car pour réussir, Brahim devra le laisser de côté. Tahir Rahim était sur le plateau de France 2 pour parler de la sortie de ce film. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1059651@Culture

Changement de rôle 

Jeune condamné de 19 ans sans repères dans "Un prophète", Prince du peuple Seal dans "L'Aigle de la neuvième légion", fils d'un émir pris en otage dans "Or noir", Tahar Rahim enchaîne les rôles sérieux. Jouer un stand-uper extravagant est une nouveauté pour lui. "J'avais envie de pouvoir m'exprimer autrement, d'être plus lumineux, de pouvoir explorer un peu plus l'espace. Dès les premières rencontres avec Teddy, c'est quelque chose qu'il voulait donc on s'est très bien entendus."
Brahim, sur scène, salue son public

Brahim, sur scène, salue son public

© Indie Sales
Brahim, le personnage qu'il interprète, rappelle la carrière de l'humoriste Jamel Debbouze. Véritable défi, Tahar Rahim a dû s'immiscer dans le monde du stand-up et a notamment travaillé avec Kader Aoun pour être à la hauteur. "J'étais assez paniqué à l'idée de devoir jouer un stand-uper parce qu'on croit que c'est simple mais c'est ce qui fait que ces artistes-là sont des gens de génie. Maîtriser le verbe comme ça sur scène avec le public et le tempo, c'est hyper compliqué. J'ai eu besoin de m'immerger dans cet univers-là". 

Après "Un prophète", "ça a changé d'un coup, on se méfie un peu de soi"

10 ans de carrière, propulsé sous les feux des projecteurs, la vie de Brahim n'est pas sans rappeler celle de Rahim. En dix années, le jeune acteur issu d'une modeste famille algérienne a été projeté sur la scène internationale aux côtés des plus grands noms du cinéma de Jacques Audiard à Antonio Banderas. La sortie de ce film est l'occasion pour lui de revenir sur cette aventure, du tapis rouge de Cannes à son retrait de la scène. "C'est un bouleversement que d'accéder à la notorité de cette façon-là. Ca a changé d'un coup, on se méfie un peu de soi, on ne sait pas trop comment on va réagir, c'est un accélérateur de particules. Je me suis mis un peu de côté pour ralentir tout ça". "Mais ce n'est pas forcément péjoratif, ça peut provoquer des frustrations mais on rencontre également des gens qui vous donnent d'amour" ajoute-t-il. 

"Le Prix du Succès" sera sur les écrans le mercredi 30 août.