En salles mercredi : Julien Doré en leader Black metal dans "Pop Redemption"

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2013 à 10H00, publié le 31/05/2013 à 09H57
Grégory Gadebois, Jonathan Cohen, Julien Doré et Yacine Belhousse dans "Pop Redemption'

Grégory Gadebois, Jonathan Cohen, Julien Doré et Yacine Belhousse dans "Pop Redemption'

© Avalon - 22h22 - Gaumont

A Cannes, pour la promotion de "Pop Redemption", qui sort le 5 juin, Julien Doré foulait le tapis rouge en smoking impeccable. Mais dans cette comédie, le chanteur campe un leader de groupe de black metal ressemblant plus à un Alice Cooper satanique qu'à un artiste de variétés.

"J'ai toujours eu envie de jouer de vrais rôles de composition et quand j'ai lu le scénario il y a deux ans, j'ai trouvé que le personnage d'Alex était suffisamment éloigné de ce que je fais dans ma propre musique pour m'y intéresser", explique Julien Doré, révélé par une émission de télécrochet en 2007. "Dans le même temps, c'était assez proche de mes souvenirs de mon premier groupe de rock avec qui j'ai vécu des concerts un peu difficiles et des répétitions dans les caves !", raconte le chanteur, qui adore jouer habituellement du ukulélé.
Dans "Pop Redemption", il incarne Alex, leader des "Dead MaKabés", groupe de quatre copains qui chaque été, depuis leur adolescence, essaient de se trouver péniblement des dates de concerts dans des festivals d'été. Leur rêve : jouer au Hellfest, rassemblement des "metalleux" de toute la France et aussi d'Europe à Clisson, au sud de Nantes. Mais rien ne va se passer comme prévu entre crise de la trentaine des membres du groupe et cadavre sur les bras. Pour échapper aux gendarmes et aux policiers, ils devront -- honte suprême -- se déguiser en ersatz de Beatles. Et la plus grande concentration black metal deviendra la fête à la fraise d'un village du sud-ouest adorateur du groupe britannique.
Julien Doré dans "Pop Redemption" © Gaumont Distribution
D'une dominante noir et blanc urbaine, le film bascule vers un arc-en-ciel très "Sergent Pepper". "Je voulais faire un film de potes dans les emmerdes jusqu'au cou", raconte dans les notes d'intention du film le réalisateur Martin Le Gall, qui signe son premier long métrage. Alex, le leader du groupe, est tyrannique et manipulateur mais c'est parce qu'il n'a dans la vie que sa grand-mère sur le point de mourir et son groupe. Les autres membres des Dead MaKabés ont un travail, sont pères de famille et veulent arrêter, mais n'arrivent pas à le dire à Alex. Rien ne vaut un accident mortel pour vider son sac et ressouder les rangs.
Pop Redemption : Grégory Gadebois, Jonathan Cohen, Julien Doré, Yacine Belhousse © Gaumont Distribution
"Pop Redemption" est une comédie sur le passage des rêves d'adolescents à la réalité de la vie d'adulte. Les autres membres du groupe - Jonathan Cohen, Grégory Gadebois (ex-Comédie-Française) et Yacine Belhousse - sont tout aussi justes, et souvent touchants, tandis que le spectateur apprend à différencier le black metal du heavy metal, du speed metal ou encore du death metal. Le scénario est suffisamment solide pour permettre au public de passer un bon moment.