INTERVIEW : Denzel Washington, super-justicier épris de vengeance dans "Equalizer 2"

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/08/2018 à 11H53, publié le 07/08/2018 à 11H51
Denzel Whashington

Denzel Whashington

© France 2 / culturebox

Denzel Washington était l'invité exceptionnel du journal de France 2, à l'occasion de la sortie le 15 août de "Equalizer 2". C'est la première fois qu'il accepte de tourner une suite. Il reprend donc le rôle de Robert Mc Call, agent des services secrets à la retraite, qui met parfois son costume de justicier pour aider les opprimés. Déjà l'un des gros succès de l'été au box-office américain.

Le premier volet de "The Equalizer" est sorti en 2014. A l'époque, ni Antoine Fuqua, le réalisateur, ni Denzel Washington n'avaient envisagé de tourner une suite à cette histoire de super-justicier sans pouvoirs ni costume. Mais à Hollywood, succès rime souvent avec suite. Le réalisateur et son acteur fétiche ont accepté parce que le scénario les a convaincus. C'est la quatrième collaboration entre les deux hommes. On se souvient notamment de "Training Day", qui avait valu à Denzel Washington l'Oscar du Meilleur Acteur en 2002. Invité du 20 heures de France 2, l'acteur se livre sur ses valeurs, sa vision de la justice et de la politique. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1274443@Culture

Je crois en la justice

"The Equalizer" est adapté d'une série télévisée américaine populaire, diffusée dans les années 80. Denzel Washington y incarne un ancien agent reconverti en paisible chauffeur de taxi à Boston. Mais il a de beaux restes en matière de réflexes, et d’habilité aux combats en tout genre. Il enfile facilement son costume de défenseur des opprimés. Dans ce second opus, il décide de prendre les armes et de venger la mort de sa meilleure amie, assassinée par un groupe criminel ayant une dette envers lui. "Robert est juste un homme qui croit en la justice et qui souhaite réparer certaines injustices" explique Denzel Washington. "Je crois aussi en la justice, mais je ne pense pas qu'il soit correct de la rendre comme le fait mon personnage", rajoute-t-il. Rappelant aussi qu'il s'agit tout de même d'une fiction et non de la réalité. "Mais je pense qu'on peut s'attacher à ce personnage, car il se bat pour de bonnes causes". 

Je ne fais partie d'aucun groupe

Denzel Washington représente beaucoup pour l’industrie cinématographique hollywoodienne. Premier homme noir à être oscarisée en 2002 après Sidney Poitier en 1964, il est devenu un symbole pour la communauté afro-américaine. Très engagé dans la lutte contre le racisme et la tolérance à l'égard de toutes les minorités, il marquera les esprits avec des rôles forts comme "Malcom X", Hurricane Carter" ou encore "Philadephia". Mais quand on l'interroge sur la politique de Donald Trump ou l'engagement de nombreux acteurs contre le président américain en ce moment, ce proche de Barack Obama préfère rester en retrait et garder pour lui ses pensées. "Je suis une personne, je ne fais partie d'aucun groupe", dit-il. "Je m'informe et j'essaye de me faire ma propre analyse. Je suis un penseur indépendant". Malgré tout, il en appelle à la responsabilité des citoyens américains, en faisant référence aux élections de mi-mandat, qui auront lieu à l'automne. "Aux Etats-Unis, on a la liberté de s'exprimer. Et également celle d’agir. Alors, novembre arrive et on aura la liberté de d'exprimer nos opinions à ces élections". 

"Equalizer 2", d'Antoine Furqua - avec : Denzel Washington, Pedro Pascal, Bill Pullman - sortie le 15 août 2018 - durée : 2h01