Bérengère Krief, prof parisienne larguée en Picardie dans "L'école est finie"

Par @Culturebox
Publié le 30/06/2018 à 18H41
 Bérengère Krief dans un "Bienvenue chez les ch'tis version Education nationale.

 Bérengère Krief dans un "Bienvenue chez les ch'tis version Education nationale.

© SDN

Elle fait partie de la nouvelle génération des "One Woman show girls", mais c’est au cinéma que Bérengère Krief attend son public pour "L’école est finie", une comédie signée Anne Depétrini, qui sort sur les écrans le 11 juillet prochain. La blonde humoriste y incarne une jeune prof parisienne titularisée en Picardie. Une nouvelle vie qui va lui demander quelques efforts d'adaptation...

Les vacances d’été vont donc commencer avec un film sur l’école ou plutôt sur la galère d’Agathe, une jeune prof d’anglais, parfaite citadine qui est mutée à 300 km de chez elle, en Picardie. Profs, élèves... Tout s’avère très différent, y compris dans son cadre de vie : Agathe loue une chambre chez un couple un peu étrange (incarné par Patrick Chesnais et Catherine Hosmalin) dont la maison est peuplée d’animaux empaillés. Elle va devoir trouver ses repères, et aller au-delà des a priori, les siens comme ceux de ses collègues.
Originaire de Lyon, Bérengère Krief a connu la même situation que l’héroïne qu’elle incarne, mais dans le sens inverse. Après des débuts sur scène à L’Acting Studio à Lyon où elle joue dans plusieurs pièces de théâtre, elle est montée à Paris pour suivre les cours de théâtre de l’Académie Sisto. "La solitude est la même où que tu ailles", confiait-elle récemment. "À Paris, je me suis sentie perdue et minuscule."

Prof ou comédien, même pression !

Même rapprochement entre les affres du seul(e) en scène et ceux du prof face à sa classe. "C’est la même pression sauf que quand on est prof, on n’a pas envie de se foirer parce que le spectacle, on va le faire pendant un an et j’imagine le trac du prof la veille de la rentrée." 

Bonne élève ou trublion ? 

Par contre, pas de similitude entre l’élève qu’elle fut et ceux, très dissipés et insolents, que son personnage doit affronter. Contrairement à ce qu’on peut penser, Bérengère Krief n’aimait pas enfreindre les règles : "J’étais une élève disciplinée, je participais, j’aimais aller écrire au tableau", confie la comédienne à Nicolas Lemarignier. "Dans le travail, j’ai encore ce côté bonne élève même si j’apprends à sortir du cadre..."

Reportage : N. Lemarignier / A. Tribouart / T. Gilardet / M. Marini

https://videos.francetv.fr/video/NI_1259659@Culture

Est-ce ce côté bonne élève qui lui a permis d’accéder rapidement à la notoriété ? En 2010, Bérengère Krief remportait le prix "Jeunes talents Rire et Chansons". En 2012, elle était au Point Virgule où elle est restée plusieurs mois avec son premier spectacle. On l'a ensuite vue dans Bref sur Canal+...

Avec "L’école est finie", Bérengère Krief devient, à 35 ans, tête d’affiche au cinéma où on l'avait déjà vue dans des seconds rôles : "Adopte un veuf" avec André Dussollier et "Joséphine" avec Marilou Berry (qu’elle retrouve d’ailleurs dans "L’école est finie"). Bref, sa carrière poursuit sa courbe ascendante. Une courbe qui devrait repasser par la scène, dès 2019, avec un nouveau spectacle.
Affiche L'école est finie © DR
À noter qu'Anne Depétrini, la réalisatrice de "L'école est finie", est en ce moment à l'affiche des "Affamés", le film de Léa Fredeval avec Louane Emera. Un retour sur le grand écran qui fait suite à huit années d'absence. "Il reste du jambon ?", son premier et précédent film en tant que réalisatrice, remonte à 2010.