"Au nom de ma fille" : un film sur André Bamberski et son combat

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/03/2016 à 11H56, publié le 16/02/2016 à 18H09

https://videos.francetv.fr/video/NI_653345@Culture

Après "L’enquête", retraçant la vie du journaliste Denis Robert interprété par Gilles Lellouche, le réalisateur Vincent Garenq s’attaque à un autre fait réel. Celui d’André Bamberski (Daniel Auteuil), père de Kalinka, violée et assassinée par le docteur Dieter Krombach. Pour son enfant disparu, Bamberski va tout faire pour que justice soit rendue. "Au nom de ma fille" sort le 16 mars 2016.


1982 : André Bamberski apprend la mort de sa fille Kalinka. Elle avait 14 ans et passait ses vacances en Allemagne auprès de sa mère et de son beau-père, le docteur Krombach. Rapidement, sa mort paraît suspecte aux yeux de son père. L’attitude de Dieter Krombach (Sebastian Koch) et une autopsie troublante laissent Bamberski convaincu de la culpabilité de ce dernier. Le père en deuil se lance dans un combat de 27 ans qui deviendra l’unique obsession de sa vie. Sans preuve valable, il en viendra même à trouver du renfort  pour élaborer le rapt de Krombach et ainsi le livrer à la justice.

Reportage : Poussard E. / Lasbarrères M. / Sandeaux B 

https://videos.francetv.fr/video/NI_631094@Culture


Un homme blessé

Cela faisait 32 ans qu’André Bamberski n’était pas retourné au cinéma : "La dernière fois, j’étais avec Kalinka en février 1982, au ski à Verbier (Suisse) pour voir "La boum". Pour moi le cinéma, c’est penser à cette dernière fois."
 

Affiche du film "Au nom de ma fille" de Vincent Garenq

Affiche du film "Au nom de ma fille" de Vincent Garenq

© allociné / Studio Canal


Vincent Garenq, ancien élève de La Fémis, est touché par l'amour que Bamberski porte à sa fille décédée. Il décide d’adapter l’affaire au cinéma : "C’est un héros et en même temps c’est Monsieur Tout le Monde. Mais ce qu’il fait montre qu’il a un caractère unique. J’admire cela. Je pense que les spectateurs, en regardant le film, se demandent s’ils auraient pu aller jusque-là. Moi, j’ai l’impression que je n’aurais jamais pu."
 

Daniel Auteuil (André Bamberski) et le réalisateur Vincent Garenq

Daniel Auteuil (André Bamberski) et le réalisateur Vincent Garenq

© LGM CINEMA / Guy Ferrandis
Sebastian Koch (Dieter Krombach) et Daniel Auteuil (André Bamberski)

Sebastian Koch (Dieter Krombach) et Daniel Auteuil (André Bamberski)

© LGM CINEMA / Guy Ferrandis


L’affaire de toute une vie 

Ému face à la projection du film sur sa vie, André Bamberski prend la parole pour faire passer un message :"Ce que j’aimerais que le public retienne, ce sont les dysfonctionnements et les bavures de la justice."  Même si le docteur Krombach a été condamné depuis, l’affaire n’est pas pour autant terminée. Plusieurs procédures sont encore aujourd’hui en cours, 30 ans après la disparition de Kalinka.