Soko, la "Danseuse" : "Loïe Fuller était une des premières femmes multimédia"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 27/09/2016 à 13H45, publié le 27/09/2016 à 12H00
Soko invitée du Soir 3

Soko invitée du Soir 3

© France 3 / Culturebox

Soko est à l'affiche de "La danseuse" de Stéphanie di Giusto qui sort demain sur les écrans. Elle y interprète le rôle de Loïe Fuller, icône de la danse au début du 20e siècle. Un rôle dans lequel cette artiste polymorphe, chanteuse, réalisatrice et comédienne s'est glissée avec un immense plaisir. Soko était l'invitée du Soir 3.

A trois semaines d'intervalles, Soko est à l'affiche de deux films : "Voir du pays" de Delphine et Muriel Coulin, sorti le 7 septembre et "La Danseuse" de Stéphanie di Giusto qui sort ce mercredi 28 septembre.

Deux films dans deux registres bien différents. Militaire en décompression à Chypre dans "Voir du pays", elle se fait danseuse dans le film de Stéphanie di Giusto qui raconte l'histoire de Loïe Fuller qui a enflammé Paris avec sa danse serpentine à la fin du 19e siècle.

https://videos.francetv.fr/video/NI_811035@Culture


"On fait le portrait d'une artiste très moderne qui touche un peu à tout et moi, dans ma vie, je fais ça aussi explique Soko. Loïe Fuller créait ses costumes, elle a amené la lumière électrique dans les théâtres, été à la tête de 25 techniciens. Elle avait besoin d'énormément d'effets spéciaux pour faire son spectacle et elle travaillait énormément... C'était une des premières femmes multimédia".

Le parallèle avec la trajectoire de celle qui s'est fait connaître en 2007 en chantant "I'll kill her" est évident. Car Soko, de son vrai nom Stéphanie Alexandra Mina Sokolinski, est aussi une chanteuse dont le titre "I might be dead by tomorrow" a marqué les esprits en 2014. Un titre dont elle a réalisé elle-même le clip ;

Je ne sais pas faire autrement les choses qu'à 100% et être complètement dévorée par l'instant présent. Quand on est passionné on ne peut pas tricher.

Soko
C'est pour cela que l'actrice ne s'est pas fait doublée pour jouer le rôle de Loïe Fuller. Elle a voulu aller à fond dans le ressenti de son personnage en prenant des cours de danse... "Les seuls mouvements que je connaissais c'était danser comme Ian Curtis sur scène. La grâce, la féminité, la légèreté c'était quelque chose que j'ignorais complètement. Je sortais de mon treillis de militaire (de Voir du pays") pour devenir l'opposé, un bourreau de travail très féminine".

D'une militaire à une danseuse : deux cadeaux énormes

On l'a compris, Soko aime faire le grand écart, passer d'un rôle à l'autre, d'un art à l'autre. "J'aime les challenges car je suis tellement bien et épanouie dans mon monde de musique ; il faut vraiment que j'ai des films hyper intéressants où je dois m'investir à fond et aller à l'encontre de ce qui se passe dans ma vraie vie. "Passer d'une militaire à une danseuse ce sont deux cadeaux énormes comme d'apprendre un nouveau métier".

Le premier baiser de cinéma de Lily Rose Depp

Loïe Fuller était en concurrence avec Isadora Duncan, certains critiques ont comparé Soko à Lily Rose Depp qui joue le rôle d'Isadora Duncan.

Soko en sourit : "Je suis la fille la moins compétitive du monde et puis Lily était mon amie avant qu'on fasse le film. J'étais très touchée de la voir se découvrir actrice en face de moi. J'étais aussi son premier baiser de cinéma. C'était tout mignon".

Soko va commencer à enregistrer son nouvel album : "J'ai envie que ça sonne comme pile au moment où on tombe amoureux. Ca sera très doux et plein de rêve, un peu comme "I might be dead by tomorrow".

La FICHE

Drame français de Stéphanie Di Giusto - Avec Soko, Gaspard Ulliel, Mélanie Thierry, Lily-Rose Depp et François Damiens - Durée : 2h00 - Sortie : 28 septembre 2016 Film présenté dans la section "Un Certain Regard" au Festival de Cannes 2016 Synopsis : Rien ne destine Loïe Fuller, originaire du grand ouest américain, à devenir une icône de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Même si elle doit se briser le dos et se brûler les yeux avec ses éclairages, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter sa chute.