Romain Duris et Vincent Cassel dans "Fleuve noir", un polar sombre et haletant

Mis à jour le 19/07/2018 à 02H19, publié le 18/07/2018 à 10H14
Romain Duris et Vincent Cassel dans "Fleuve noir" : un face à face haletant.

Romain Duris et Vincent Cassel dans "Fleuve noir" : un face à face haletant.

© Mars Films

C’est peut-être LE polar de l’été. Dans « Fleuve noir » tiré du roman de l’Israélien Dror Mishani, le réalisateur Erick Zonca réunit un trio d’acteurs époustouflants. Romain Duris, Vincent Cassel et Sandrine Kiberlain s’affrontent dans une intrigue sombre et haletante. En salles à partir du 18 juillet.

Reportage : N. Hayter / S. Gorny / A. Delcourt / E. Rassat / S. Lacombe

https://videos.francetv.fr/video/NI_1267079@Culture

Solange Arnault (Sandrine Kiberlain) est inquiète : son fils Dany, a disparu. François Visconti (Vincent Cassel), commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils. Yan Bellaile (Romain Duris), professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève et propose ses services au commandant. Il s’intéresse de très près à l’enquête. De trop près peut-être…

"Fleuve noir" réalisé par Erick Zonca ("La vie rêvée des anges", "Le petit voleur") est tiré du polar de l’écrivain israélien Dror Mishani, "Une disparition inquiétante" paru en 2015 chez Points. Un roman élu polar de l’année par les lecteurs, et qui a profondément marqué le réalisateur, fasciné par un "jeu du chat et de la souris entre deux personnages dysfonctionnels".

Un flic à la Jean-Pierre Melville 

François Visconti, "c'est la figure du flic qui combat le mal, mais qui est lui-même contaminé par le mal", explique Erick Zonca qui a modifié le personnage pour le rendre plus sombre et plus complexe. Démarche bancale, barbe en broussaille et cheveux hirsutes, imperméable trop grand - évoquant les films noirs français des années 50 ou 60, tels ceux de Jean-Pierre Melville - Vincent Cassel impose sa présence dans une composition tout en excès qu'il a inventée au dernier moment, après avoir repris le rôle prévu pour Gérard Depardieu. 

Romain Duris en prof borderline 

A l'opposé, Romain Duris compose un prof rentré, raide et maniéré, coincé dans une veste étriquée, tout en ambiguïté et aux limites de la folie.  "C'est un personnage qui est très riche, qui a une dimension psychologique impressionnante", a commenté l'acteur. "Erick (Zonca) adore quand ça déborde, quand c'est moins prévu, il aime bien ce qu'il y a en trop aussi. Donc c'était agréable de se le permettre en étant borderline".