Ouverture de la 70e Mostra : le public ovationne George Clooney

Par @Culturebox
Publié le 29/08/2013 à 09H22
George Clooney et Sandra Bullock à la Mostra de Venise (28 août 2013)

George Clooney et Sandra Bullock à la Mostra de Venise (28 août 2013)

© Tiziana Fabi / AFP

George Clooney et Sandra Bullock ont ouvert mercredi la 70e Mostra de Venise, le plus vieux festival de cinéma du monde, avec "Gravity", un thriller de l'espace du Mexicain Alfonso Cuaron.

Dernier à arpenter le tapis rouge en costume et noeud papillon noir sur une chemise blanche, le "tombeur" américain au sourire ravageur a enchanté le public qui était venu nombreux pour l'apercevoir et qui hurlait son nom ou criait  "George, on t'aime".
 
Accompagné de Sandra Bullock, cheveux relevés en chignon et vêtue d'une robe bustier longue d'un rouge éclatant, destructurée et drapée, Clooney s'est livré de bon coeur pendant plus d'un quart d'heure à des signatures d'autographes et des échanges de poignées de mains.
 
"Gravity", un thriller de l'espace en 3D
Acteurs, jury et VIP ont ensuite assisté à la projection de "Gravity", un film en 3D présenté hors compétition qui marquait l'ouverture  officielle du festival.
 
Dans la matinée, ce film d'action à gros suspense avait été bien accueilli par les professionnels et les journalistes lors d'une projection de presse au Lido, l’île de la célèbre lagune où se tient le festival chaque année.
 
Dans "Gravity", George Clooney interprète un cosmonaute perdu dans l'espace aux côtés de sa compatriote, Sandra Bullock.
 
Clooney et Bullock ont fait du yoga pour s'adapter à l'apesanteur
"Nous avons beaucoup pratiqué le yoga ensemble et nous sommes souples vous savez, mais je dois dire que Sandra a eu le rôle le plus difficile", a déclaré  l'acteur devant la presse. Sandra Bullock a expliqué qu'elle avait fait appel à un astronaute pour préparer son rôle et qu’elle s'était livrée à une intense préparation physique.
 
Le réalisateur, Alfonso Cuaron ("Tu mama tambien", "Les fils de l'homme"), a expliqué que hormis le "défi technique" du tournage, il avait fallu que les acteurs s'adaptent "à une nouvelle façon de concevoir l'horizon, de bouger lentement en apesanteur, de percevoir le vide et les sons".
 
Un film en forme de "métaphore"
Il a décrit son film comme "une métaphore" développant des thèmes de la vie de tout un chacun comme "l'adversité", et "un film sur les difficultés et la possibilité d'une renaissance dont une partie est l'acceptation de la mort".
 
Au total, une cinquantaine de films, réalisés par des veilles pointures du cinéma mondial aussi bien que par de jeunes talents, seront présentés pendant dix jours  à la Mostra.
 
Vingt films, auxquels s'ajoute un film "surprise", sont en compétition pour le Lion d'or qui sera décerné le 7 septembre. Le jury présidé par Bernardo Bertolucci, 73 ans, est composé notamment des actrices française, allemande, américaine et iranienne, Virginie Ledoyen, Martina Gedeck, Carrie  Fisher et Golshifteh Farahani.
 
Des thèmes sombres, reflet des crises
Le glamour devrait être au rendez-vous du tapis rouge avec une forte présence de stars anglophones attendues (Scarlett Johansson, Nicolas Cage, Matt  Damon...). Mais la Mostra  s'annonce plutôt sombre du point de vue des thèmes abordés, reflet des crises "économiques, sociales et familiales" que  traverse la planète, a prévenu le directeur du festival, Alberto Barbera.
 
Sont en lice notamment les Britanniques Stephen Frears ("Philomena") et Terry Gilliam ("The Zero Theorem"), l'Israélien Amos Gitaï ("Ana Arabia") ou le Japonais Hayao Miyazaki ("Kaze Tachinu"), seul Asiatique en compétition avec le Taïwanais Tsai Ming-Liang ("Jiaoyou").