Mort du producteur de "Rambo" et "Terminator", l'Américano-Hongrois Andy Vajna

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 20/01/2019 à 14H52, publié le 20/01/2019 à 13H39
Andy Vajna en 2010.

Andy Vajna en 2010.

© FERENC ISZA / AFP

Le producteur américano-hongrois Andrew G. Vajna connu plus simplement comme Andy Vajna, est décédé à 74 ans à son domicile à Budapest, a annoncé le 20 janvier le Fond national des films (NFA). L'homme s'est fait connaître essentiellement pour des blockbusters des années 80 comme "Rambo", "Die Hard" ou "Terminator". Revenu en Hongrie, il a récemment co-financé "Le fils de Saul" oscarisé en 2016.

"Après une longue maladie, Andy Vajna est décédé dans sa demeure à Budapest à 74 ans", a indiqué le Fond national des films.

Producteur de "Rambo",  "Terminator", "Basic Instinct", "Total Recall"...

Vajna est né à Budapest le 1er août 1944 et a quitté la Hongrie avec sa famille après l'insurrection contre le régime communiste, écrasée par les Soviétiques en 1956. Après une escale à Hong Kong, il arrive au Canada, puis aux Etats-Unis, où il se lance dans le monde du cinéma.
Avec Mario Kassar, son associé dans la société de production Carolco, il devient un producteur qui enchaîne les succès commerciaux : "Rambo", "Terminator", "Basic Instinct", "Total Recall", "Angel Heart"... Après une quarantaine de films produits aux Etats-Unis, il revient en Hongrie définitivement dans les années 2000.

Un "Mister cinéma" hongrois, proche de Viktor Orban

Allié proche du Premier ministre Viktor Orban, il était commissaire d'Etat au cinéma depuis 2011. Surnommé dans son pays "Mister Cinéma", il est de ceux qui ont contribué à faire de Budapest, grâce notamment à des dispositifs fiscaux, une capitale du cinéma, où sont tournées de nombreuses productions internationales. Il a notamment cofinancé les studios ultramodernes Korda, installés dans une ancienne base militaire communiste.

A la tête du Fonds national du film, il a cofinancé "Le fils de Saul", qui a remporté le Grand Prix du festival de Cannes en 2015 et l'Oscar du meilleur film étranger en 2016.
Il était aussi propriétaire de plusieurs casinos et d'un ensemble de médias, dont l'élément clé était la chaîne de télévision commerciale TV2.