Mort de la cinéaste et écrivaine Marceline Loridan-Ivens, une vie pour témoigner

Mis à jour le 20/09/2018 à 12H28, publié le 19/09/2018 à 08H42

Meurtrie à jamais par sa déportation à Auschwitz-Birkenau à l'âge de 15 ans, la cinéaste et écrivaine Marceline Loridan-Ivens est morte le 18 septembre à l'âge de 90 ans, au terme d'une vie passée à dénoncer l'injustice et la violence. En déportation, elle rencontre Simone Veil avec laquelle elle se liera. C'est l'avocat Jean Veil, fils de l'ancienne ministre, qui a annoncé son décès à l'AFP.

"C'est la fin d'une époque", celle des témoins de l'extermination des Juifs d'Europe par les nazis, avait-elle affirmé à l'AFP en juin 2017, après la mort de sa camarade de déportation, Simone Veil.

Une amitié indéfectible avec Simone Veil

"Nous étions dans le même convoi en route pour Birkenau. J'avais 15 ans, elle en avait 16. On s'est retrouvées dans le même bloc. Le  matricule gravé sur mon avant-bras est 78750, le sien était 78651", s'était-elle souvenue. "Cet épisode de leur vie si difficile avait fait d'elles des amies indéfectibles", a expliqué mardi à l'AFP Jean Veil, le fils de l'ancienne ministre récemment entrée au Panthéon. 

"C'était une camarade de déportation de maman, cet épisode de leur vie si difficile avait fait d'elles des amies indéfectibles", a indiqué Me Jean Veil, dont la mère, décédée en 2017, est récemment entrée au Panthéon. "Marceline était quelqu'un qui avait une vitalité exceptionnelle. On avait gardé, les uns et les autres, des relations quasiment filiales. Mon frère et moi étions très proches d'elle, sa présence était importante pour nous", a poursuivi, ému, l'avocat.

Témoigner, sans jamais plus s'arrêter

Après une phase de "grand silence" sur sa déportation - "il fallait se geler de l'intérieur pour survivre", disait-elle -, Marceline Loridan-Ivens avait décidé de témoigner, sans jamais plus s'arrêter. En 2015, dans le livre "Et tu n'es pas revenu" (Grasset), écrit avec la journaliste Judith Perrignon, elle évoquait le souvenir de son père, qui l'a obsédée toute sa vie.

C'est avec lui qu'elle avait été arrêtée par la Gestapo en février 1944, dans le Vaucluse, après être entrée très tôt dans la Résistance. Emprisonnés à Avignon puis à Marseille, père et fille avaient été transférés à Drancy et déportés à Auschwitz-Birkenau le 13 avril 44. Il y a quelques mois, dans "L'amour après" (également coécrit avec Judith Perrignon), elle racontait la reconstruction d'une survivante. 
Couverture "L'amour après", Marceline Loridan-Ivens (Grasset)
"De l'enfer des camps Marceline Loridan-Ivens avait rapporté le secret d'une vie plus intense et plus gaie, plus intransigeante aussi. 

Descente aux enfers

Dans un témoignage enregistré - comme celui de nombreux autres anciens déportés - au Mémorial de la Shoah à Paris, Marceline Loridan-Ivens avait dépeint sa descente aux enfers : les sélections faites par le docteur Mengele, les fosses communes qu'elle doit creuser pour les Juifs hongrois massivement assassinés à l'été 44, un épisode dont elle dira avoir tout oublié jusqu'à ce qu'une camarade le lui rappelle.

Après une ultime sélection devant Mengele, elle fait partie des déportés qui seront évacués par les nazis, à l'approche de l'Armée Rouge, vers le camp de Bergen-Belsen puis à Theresienstadt, près de Prague. Rapatriée en France, pour "reconquérir (sa) liberté" loin d'une mère avec qui elle ne parvient pas à s'entendre, loin aussi d'une famille détruite, elle épouse en 1952 Francis Loridan. Elle ne restera pas avec lui mais gardera son nom.

Barthes, Jean Rouche et Joris Ivens

C'est à Saint-Germain-des-Prés qu'elle finit de grandir, dans "ce monde de la pensée, de la modernité et de la poésie". Elle fréquente la Cinémathèque, tape des manuscrits pour Roland Barthes, fait la connaissance d'Edgar Morin qui l'entraîne dans le tournage d'un film tourné en 1961 avec Jean Rouch, "Chronique d'un été". C'est par ce film qu'elle entre dans le monde du cinéma. Elle tournera l'année suivante son premier documentaire, "Algérie année zéro", avec son compagnon Jean-Pierre Sergent.

Elle rencontre ensuite celui qui sera son second mari, Joris Ivens, un cinéaste néerlandais de vingt ans son aîné, avec qui elle partira au Vietnam en pleine guerre. Ils tourneront "17ème parallèle". Suivront ensuite une longue série de films sur la Chine de Mao dont ils seront de fervents partisans jusqu'en 1975.

Marceline, Meriem

Marceline Loridan-Ivens était née Rosenberg, le 19 mars 1928 à Epinal, dans les Vosges, de parents juifs polonais, émigrés en France dix ans plus tôt pour échapper aux pogroms. Ses parents avaient tenu à lui donner un prénom français mais le second, Meriem, était yiddish et c'est celui-là qu'elle choisira pour Anouk Aimée qui jouera son rôle dans "La Petite prairie aux bouleaux" (traduction du polonais Brezinka, Birkenau en allemand), un film tourné en 2003 sur le retour d'une ancienne déportée à Birkenau. Un film dont elle dira l'avoir porté pendant quarante ans.

La Grande Librairie, sur France 5, avait consacré une émission spéciale à Marceline Loridan-Ivens en 2015
De nombreuses réactions ont eu lieu à l'annonce de sa mort. "Son témoignage et sa leçon ne sauraient être oubliés. Ils nous obligent", a réagi le président Emmanuel Macron sur Twitter. "Cette femme avait connu l'horreur, c'était peut-être une des dernières survivantes des camps, qui avait vécu et pouvait transmettre l'innommable de cette période", a souligné la ministre de la Culture Françoise Nyssen, jointe par l'AFP. "Je me souviens avoir été très impressionnée pour l'entrée au Panthéon de son amie Simone Veil, elle était droite, magnifique. C'était une grande dame, une voix cinématographique, une écrivaine et une amie", a-t-elle ajouté. "Marceline Loridan-Ivens, une leçon de vie, à méditer et perpétuer", a réagi sur Twitter le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.