Après son renvoi de Disney, les soutiens pour James Gunn se multiplient de la part de fans et de célébrités

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 24/07/2018 à 10H02, publié le 24/07/2018 à 09H59
Un mois plus tôt, le 25 juin, James Gunn assistait à la première du dernier Marvel, "Ant-Man et la Guêpe"

Un mois plus tôt, le 25 juin, James Gunn assistait à la première du dernier Marvel, "Ant-Man et la Guêpe"

© ALBERTO E. RODRIGUEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Une pétition rassemble déjà plus de 225.000 signatures le 23 juillet pour demander au studio Disney de "ré-embaucher" James Gunn. Le réalisateur de la saga "Les Gardiens de la Galaxie", a été renvoyé quelques jours plus tôt pour d'anciens tweets jugés outranciers.

 Les acteurs principaux de ses plus récents films, comme Dave Bautista, Chris Pratt ou Zoa Saldana ont affirmé leur soutien de façon plus ou moins directe sur Twitter. D'autres célébrités, comme Selma Blair, que Gunn avait soutenue lors d'une affaire de harcèlement, ont également appelé Disney à réintégrer le réalisateur. Sean Gunn, le frère du vidéaste, a également publié un long fil de tweets pour le défendre : "Travailler sur ces films a fait de mon frère une personne meilleure, et moi aussi. Je suis fier de ça. Peace."



Pour Chandler Edwards, qui a lancé la pétition sur Change.org : "Si des gens disent un tas de trucs stupides quand ils travaillent pour un studio, le studio a tout à fait le droit de les renvoyer si cela fait polémique. Cette situation est différente car (Gunn) a fait ses plaisanteries des années avant de travailler pour Disney, et aussi, c'était des plaisanteries (...) pas drôles, mais (...) pas une opinion" Il ajoute que "si vous faîtes ça à Gunn, vous devez le faire pour tous les réalisateurs qui ont fait une plaisanterie nulle à un moment de leur vie, c'est-à-dire tous".

"Cyber-nazis" et blagues injurieuses

Les tweets incriminés, qualifiés d'"indéfendables" par Disney, ont été écrits entre 2008 et 2011. Le scénariste et réalisateur s'y moquait de sujets comme le viol et la pédophilie. Ils ont été déterrés par des personnalités de droite et d'extrême droite hostiles à James Gunn, fervent critique de Donald Trump.

Dave Bautista, star du dernier James Bond et interprète de Drax le destructeur dans la saga "Les Gardiens de la Galaxie" s'est même emporté sur Twitter, dénonçant une "attaque de cyber-nazis"

 

 "James Gunn n'est pas Roseanne"

"Beaucoup de personnes qui ont suivi ma carrière savent que quand j'ai commencé, je me voyais comme un provocateur", s'est défendu jeudi le cinéaste de 51 ans, qui dit avoir changé. James Gunn a réalisé les deux premiers films "Les Gardiens de la Galaxie" en 2014 et 2017. Le troisième volume, dont la réalisation lui avait été confiée, doit sortir en 2020.
 
La décision de Disney fait suite au renvoi de Roseanne Barr, vedette d'une sitcom à succès sur sa chaîne ABC, limogée fin mai à la suite d'une plaisanterie raciste sur Valerie Jarrett, ex-conseillère de l'ancien président Barack Obama.
 
Roseanne Barr affirme dans les médias qu'elle a été sanctionnée à cause de ses opinions pro-Trump, dans une industrie du cinéma qui s'oppose largement au président républicain. "De quoi réfléchir", a sobrement tweeté Selma Blair pour commenter un article du site Vulture déclarant "James Gunn n'est pas Roseanne et Disney devrait le savoir".