Les professionnels du cinéma contre la hausse de TVA sur les billets

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 04/12/2012 à 19H02
Façade d'un cinéma parisien

Façade d'un cinéma parisien

© Jacques Loic / Photononstop

Les professionnels du cinéma ont lancé un cri d'alarme mardi contre la hausse programmée de la TVA sur les billets de cinéma de7% à 10% en janvier prochain.

Le cinéma sort du taux réduit
"Le gouvernement propose aujourd'hui à la représentation nationale de voter une hausse de 3 points de TVA sur les billets achetés par les spectateurs et sur les droits d'auteur, ce qui reviendrait à quasiment doubler en deux ans la TVA sur le prix payé pour entrer en salle", disent dans un communiqué le Bureau de liaison des industries du cinéma (Blic) et le bureau des organisations de cinéma (Bloc), ainsi que trois autres organisations, l'ARP, l'UPF et la SACD.

Selon les professionnels, "le gouvernement acte ainsi la sortie du cinéma, activité culturelle la plus accessible dans tous les sens du terme, du taux réduit qui reste pourtant applicable aux autres spectacles" tels que le théâtre, le ballet, l'opéra, le cirque et l'édition.

Le glissement de TVA s'est en réalité fait en deux étapes: en juillet dernier, le cinéma, taxé à 5,5%, est passé au taux intermédiaire de 7%, tandis que les spectacles vivants et le livre étaient exclus de cette hausse. En janvier prochain, le taux réduit de 5,5% doit passer à 5%, tandis que le taux intermédiaire de 7% passera à 10%.

Rupture
"On nous a promis à l'époque que nous rejoindrions le taux réduit lors du projet de loi de finances rectificative", a dit à l'AFP Julie Lorimy du Blic. "Cela n'a pas été le cas, et le taux de 7% doit passer en janvier à 10% ce qui représente en deux ans un doublement de la taxation des billets, de 5% à 10%", affirme-t-elle.

Plusieurs députés des différents groupes parlementaires (PS, UMP, groupe écologique, parti communiste) ont déposé des sous-amendements pour ramener le cinéma dans la TVA à taux réduit à 5%, sans garantie de succès, a-t-elle ajouté.

"En excluant le cinéma du champ culturel, le gouvernement rompt avec la politique qui, a quelques rares exceptions, a prévalu en France depuis près d'un demi-siècle et qui a permis que la culture, sous toutes ses formes, reste à la portée de tous, grâce notamment à une TVA réduite", affirment les auteurs du communiqué.