Les multiplexes explosent en région parisienne... et ailleurs

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 07/01/2014 à 15H49
La façade de l'UGC Ciné Cité Paris 19

La façade de l'UGC Ciné Cité Paris 19

© A. Gelebart / 20 Minutes/SIPA

Est-ce le signe d’une confiance renouvelée des exploitants envers la fréquentation de leurs salles de cinéma ? Malgré une assiduité en baisse en 2013, pas moins de cinq multiplexes ont été inaugurés en un an en région parisienne, avec souvent des offres jusqu’alors inédites qui renouvellent la manière d’aller voir un film.

Un cas à part : le Louxor
Même si on ne peut pas le qualifier de multiplexe, avec ses trois salles entièrement rénovées, Le Louxor, au croisement des Xe, XVIIIe et XIXe arrondissements de Paris, donnait le coup d’envoi de cette fièvre expansionniste en avril 2013. Sa conception renvoie cependant à une tendance générale qui se vérifie dans l’accueil des spectateurs un peu partout, consistant à créer des espaces satellitaires à la simple salle de spectacle : bar, salle d’exposition, terrasse… Le Louxor bénéficie de plus d’un décorum restauré à partir de l’original des années 20 et qui constitue un spectacle à lui seul.
La restauration du cinéma Le Louxor, à Paris, par l'architecte Philippe Pumain
Mais le Luxor est un cas à part, puisque classé monument historique. Ici le spectacle est (déjà) dans sa façade néo-égyptienne et dans les salles, de magnifiques écrins. La réouverture de ce complexe prestigieux, qui ne désemplit pas, participe d’un meilleur maillage dans ce secteur, par le passé riche en salles, mais dont les plus proches gravitaient depuis longtemps autour de la place de Clichy, en y ajoutant l’historique Studio 28.

Désenclaver
La politique des exploitants s’est orientée vers une reconquête des spectateurs autour des portes de Paris. Le complexe Etoile Lilas, dans le XXe arrondissement, ouvrait le bal il y a un peu plus d’un an, en octobre 2012, désenclavant un quartier très démuni en salles, avec sept écrans. Cette même quête motive l’ouverture de l’UGC Ciné Cité Paris 19, sur le boulevard McDonald du XIX arrondissement. Mais comme son nom l’indique, ce nouveau multiplexe inauguré en grandes pompes en présence de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti le 23 octobre 2013, rejoint le parc d’un des trois géants français de la distribution, alors que celui des Lilas est géré par un exploitant indépendant, propriétaire notamment du cinéma « Saint-Germain des Prés », dans le 6e arrondissement de Paris, de « La Pagode », dans le 7e  et du Balzac dans le 8e.
Le nouveau centre Beaugrenelle à Paris comprend un multiplexe de dix salles

Le nouveau centre Beaugrenelle à Paris comprend un multiplexe de dix salles

© ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
Les choses n’en restent pas là. Pathé, concurrent d’UGC, va investir d’ici 2015 la Cité des Sciences et de l’Industrie avec un nouveau multiplexe, tout comme MK2 qui entrevoit six nouvelles salles le long du canal de La Villette, quai de Seine, en complément du MK2 quai de Loire installé depuis 2005. Pathé ne demeure pas en reste, à l’autre bout de la capitale, avec l’ouverture depuis le 6 novembre de ses dix salles au cœur du nouveau centre commercial Beaugrenelle. L’offre est agrémentée de deux salles équipées du son Dolby Atmos, un plus extrêmement spectaculaire quant au rendu sonore des films, avec entre 50 à 60 haut-parleurs répartis dans la salle et un réglage de cette répartition selon chaque films.

De nouvelles offres
Le son Dolby Atmos s’avère un agrément qui semble s’étendre à tout nouveau multiplex, comme ce fut le cas du simple Dolby dans les années 80 et du DTS des années 90. Une inovation qu’offre également le premier multiplexe EuroparCorp dans le centre commercial Aéroville, au pied de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, avec deux salles équipées. EuropaCorp pousse par ailleurs le bouchon encore plus loin, jouant la carte de la segmentation, avec des prix différents selon le standing des salles et des fauteuils, ainsi que la possibilité de commander un menu et des boissons servis en salle, ou d’accéder à des sofas pour le premier rang, voire des loges en fond de salle.
Hall d'accueil libre d'accès au cinéma EuropaCorp de l'Aéroville de Roissy

Hall d'accueil libre d'accès au cinéma EuropaCorp de l'Aéroville de Roissy

© DR
Le Pathé Wepler, place de Clichy à Paris, avait tenté l’expérience de la segmentation en offrant des fauteuils « premium » aux spectateurs payant un supplément de 1 euro. Très mal perçue, l’opération a été rapidement abandonnée.

Rénovations et agrandissements
Le Balzac, sur les Champs Elysées, l'Arlequin, à Saint-Germain des Près, le Kosmos, de Fontenay-sous-Bois, L'Escurial, à Denfert-Rochereau, le Studio des Ursulines, dans le quartier Latin...  vont être par ailleurs rénovés. Le MK2 Bibliothèque se pourvoit d’autre part d’un prolongement de quatre salles, alors que l’UGC Cité Ciné les Halles, le multiplexe le plus fréquenté de France et d’Europe, va absorber en son sein les huit salles de l’UGC Orient Express en février 2014, le faisant passer de 19 à 27 salles ! Pour son directeur Hugues Borgia « Il s’agit de mieux accueillir les films et de les exposer plus longtemps ». UGC envisage également d’agrandir son complexe de l’avenue des Gobelins (13e), autour de 2015, avec quatre salles supplémentaires.
La Façade du cinéma MK2 Bibliothèque

La Façade du cinéma MK2 Bibliothèque

© RIEGER Bertrand / hemis.fr
Le quartier des Gobelins est aussi la cible de Pathé-Gaumont qui veut également « reconstruire » ses salles Alésia et Convention. « Une partie de notre parc parisien est inadéquate et ne correspond plus aux normes d’accueil et de confort que les spectateurs attendent aujourd’hui », constate Jérome Seydous, PDG de Pathé Films. Enfin, la rénovation du quartier des Batignolles va entraîner dans son sillage la construction d’un nouveau multiplexe de sept salles, comme l’indique son nom Les 7 Batignoles. Son directeur indépendant doit l’inaugurer en 2017. Avec tous ces développements pharaoniques aux quatre coins de Paris, la Mission Cinéma de la ville de Paris, entrevoit une hausse de la fréquentation de 3,5 millions d’entrées.

Un phénomène qui s'étend à tout le territoire
Les multiplexes sont de plus en plus nombreux en France. On en compte près de 200. C'est dans la banlieue de Lille, à Lomme que se trouve l'un des plus grands au monde avec 23 salles. Des immenses complexes cinématographiques qui représentent à eux-seuls 60 % des entrées en salle aujourd'hui. Choix et confort garantis.

Reportage : C. De la Baume; B. Six; B. Bonnarme; D. Masse; A. Gidon

https://videos.francetv.fr/video/NI_139955@Culture