Les gadgets de James Bond exposés pour ses 50 ans à Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/07/2012 à 09H54
  • L'Aston Martin DB5 du film Goldfinger
  • Le costume de l'agent 007 dans Quantum of Solace, crée par Tom Ford
  • L'homme au pistole d'or, 1964
  • Les maillots portés par Daniel Craig et Eva Green dans Casino Royale, 2006
  • Photographie de Richard Kiel, dans L'Espion qui m'aimait, 1977
  • Reproduction du corps enduit d'or de Shirley Eaton dans Goldfinger, 1964
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • L'Aston Martin DB5 du film Goldfinger
    L'Aston Martin DB5 du film Goldfinger © R.Tang/Rex/SIPA
  • Le costume de l'agent 007 dans Quantum of Solace, crée par Tom Ford
    Le costume de l'agent 007 dans Quantum of Solace, crée par Tom Ford © R.Tang/Rex/SIPA
  • L'homme au pistole d'or, 1964
    L'homme au pistole d'or, 1964 © R.Tang/Rex/SIPA
  • Les maillots portés par Daniel Craig et Eva Green dans Casino Royale, 2006
    Les maillots portés par Daniel Craig et Eva Green dans Casino Royale, 2006 © R.Tang/Rex/SIPA
  • Photographie de Richard Kiel, dans L'Espion qui m'aimait, 1977
    Photographie de Richard Kiel, dans L'Espion qui m'aimait, 1977 © R.Tang/Rex/SIPA
  • Reproduction du corps enduit d'or de Shirley Eaton dans Goldfinger, 1964
    Reproduction du corps enduit d'or de Shirley Eaton dans Goldfinger, 1964 © R.Tang/Rex/SIPA

De la mâchoire en acier de Requin, ennemi de James Bond, au bikini blanc d'Ursula Andress, en passant par la télécommande mythique pour voiture, une exposition retrace à Londres les 50 ans de l'agent 007, à travers des objets culte de la série créée en 1962.

Les visiteurs sont accueillis par une réplique plus vraie que nature de l'acteur Sean Connery, détendu mais très élégant devant l'Aston Martin DB5 gris métallisé, immortalisée dans "Goldfinger" (1964). Passage ensuite obligé sur un tapis rouge dans un immense canon de fusil -clin d'oeil à la séquence d'ouverture des films de James Bond- avant d'entrer dans un monde de glamour et de gadgets ponctué d'extraits de films.

Au total, plus de 400 documents d'archives et objets emblématiques de l'espion 007 sont exposés à partir de vendredi au centre multiculturel Barbican à Londres: des armes comme le revolver en or du tueur à gages Scaramanga, des costumes comme le smoking de Pierce Brosnan dans "GoldenEye" (1995) ou la tenue en cuir sexy de Madonna dans "Meurs un autre jour" (2002), mais aussi des gadgets comme l'attaché-case de l'agent 007 rempli de tubes de dentifrice renfermant des explosifs ou encore le chapeau aux bords d'acier d'Oddjob. 

Une sélection de gadgets de l'agent secret 007

Une sélection de gadgets de l'agent secret 007

© R.Tang/Rex/SIPA
L’occasion de découvrir les astuces de ces objets emblématiques de l’agent secret. Vu qu'il était impossible de faire voler ce chapeau en feutre noir comme un frisbee, l'équipe des effets spéciaux l’avait équipé d'un petit moteur électrique.  La mâchoire en acier de Requin, avec laquelle il sectionne le câble d'un téléphérique dans "Moonraker" (1979), était très inconfortable. "Entre chaque prise", l'acteur Richard Keil "devait l'enlever", raconte le réalisateur Lewis Gilbert.

Hommage à l'auteur de ce phénomène international : Ian Fleming

"Les décors, les costumes, les gadgets" des films de James Bond "sont considérés de nos jours comme aussi emblématiques que l'homme lui-même, et c'est ce que nous voulons mettre en valeur", résume le conservateur de l'exposition, Bronwyn Cosgrave."Les films de James Bond ont évolué. Ils sont devenus beaucoup plus internationaux. Au début, c'était un phénomène anglais qui a gagné le monde entier", déclare à l'AFP Lindy Hemming, costumière sur de nombreux James Bond.

Pour rester dans l'ambiance James Bond, le visiteur peut conclure l'exposition par une halte au Bar Martini pour un Vodka Martini, la boisson préférée de l'agent 007, "frappé mais pas remué". L'exposition "50 ans de style Bond au Barbican", qui rend aussi hommage à Ian Fleming, l'auteur qui a créé le personnage de James Bond, est ouverte du vendredi 6 juillet jusqu'au 5 septembre à Londres. Elle fera ensuite le tour du monde pendant trois ans, avec notamment une halte à Toronto au Canada en octobre.