Le groupe de Luc Besson, EuropaCorp, réduit la voilure : 22 emplois supprimés

Mis à jour le 15/01/2018 à 17H11, publié le 15/01/2018 à 11H32
Luc Besson devant l'affiche de "Valérian" à Rome (13 septembre 2017). Le film n'a pas suffi à renflouer les caisses de sa société de production, qui a annoncé 22 suppressions de postes.

Luc Besson devant l'affiche de "Valérian" à Rome (13 septembre 2017). Le film n'a pas suffi à renflouer les caisses de sa société de production, qui a annoncé 22 suppressions de postes.

© Donatella Giagnori / EIDON / MAXPPP

EuropaCorp, la société de production et de distribution de cinéma de Luc Besson, en difficulté, a annoncé lundi qu'elle allait supprimer 22 emplois sur 79 en France dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi. Parallèlement, Luc Besson a été le réalisateur de film français le mieux payé en 2017, révèle une étude publiée lundi.

EuropaCorp veut se recentrer sur son coeur de métier

"Si ce plan était adopté, l'effectif en France serait de 57 personnes à l'issue de sa mise en oeuvre", explique le groupe dans un communiqué. Il estime que cet effectif "correspond aux besoins de l'entreprise pour mener à bien sa stratégie de recentrage sur ses activités coeur de métier" dans l'Hexagone.
 
Les 22 postes sont supprimés "dans différents départements du groupe afin d'alléger les contraintes financières du groupe", a précisé un porte-parole.
 
La "mini-major" créée par Luc Besson en 1999 peine à se relever après que son film à gros budget "Valérian" a fait une moins bonne performance qu'espéré. EuropaCorp veut réduire ses ambitions en se contentant de produire chaque année quatre ou cinq films d'action ou thrillers, comme "Lucy" ou les séries "Taxi" ou "Taken", qui ont fait son succès par le passé.

Luc Besson a repris les rênes du groupe

EuropaCorp a récemment cédé ses activités de production télévisuelle pour la France au patron de cette filiale, EuropaCorp Television, pour 11 millions d'euros. Luc Besson a aussi repris les rênes de l'entreprise après le départ programmé de son directeur général, Marc Shmuger, fin 2017. Le groupe envisage par ailleurs une éventuelle recapitalisation ainsi qu'à une restructuration de sa dette.
 
Après une perte record de 120 millions d'euros en 2016-17, EuropaCorp comptait sur "Valérian" pour renflouer ses caisses et renouer avec les bénéfices sur l'exercice en cours 2017-2018. Mais le box-office de ce projet à gros budget n'a pas atteint les objectifs espérés aux Etats-Unis notamment et n'a pas permis de remettre la société à flot.
 
EuropaCorp a essuyé une perte nette de 70,6 millions d'euros lors du premier semestre de son exercice décalé 2017/2018 et doit publier ses résultats annuels en juin. Le titre Europacorp, qui a perdu plus de la moitié de sa capitalisation depuis un an, était en hausse de 0,44% à 1,130 euros à 09h48 lundi à la Bourse de Paris.

Luc Besson, réalisateur de film français le mieux payé l'an passé

Par ailleurs, Luc Besson a été le réalisateur de film français le mieux payé en 2017, malgré les résultats mitigés de son "Valerian", révèle une étude du site spécialisé Cinéfinances.info publiée lundi.

Luc Besson a touché 4,44 millions d'euros pour le film de science-fiction "Valerian et la cité des mille planètes" (4 millions d'entrées en France), dont 2,22 millions de salaire et 2,22 millions d'euros de minimum garanti sur droits d'auteur, pour un budget avoisinant les 200 millions d'euros, précise le site internet.

Il devance Dany Boon qui se place en seconde position avec 3,5 millions d'euros egrangés au total pour la comédie "Raid dingue". Il est suivi par Guillaume Canet (2,5 millions pour "Rock'n'roll"), le Canadien Christian Dugay (1,26 million pour "Un sac de billes") et Alain Chabat (1,25 million pour "Santa et Cie").