Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov en grève de la faim craint sa fin "proche"

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 08/08/2018 à 18H10
Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien emprisonné en Russie, en grève de la faim (2015)

Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien emprisonné en Russie, en grève de la faim (2015)

© Sergey Pivovarov / Sputnik

Oleg Sentsov, cinéaste ukrainien emprisonné en Russie et en grève de la faim depuis près de trois mois, est dans un état de santé "catastrophique" et craint que sa fin ne soit "proche", selon sa cousine qui a reçu une lettre du prisonnier.

"La situation n'est pas simplement mauvaise, elle est catastrophique. Oleg m'a transmis une lettre via son avocat. Il ne peut presque plus se lever. Il écrit que la fin est proche et il ne parle pas de sa libération", a écrit la cousine du cinéaste, Natalia Kaplan, sur Facebook.

Condamné à 20 ans de camp

Le cinéaste ukrainien âgé de 42 ans, dont la grève de la faim atteignait mercredi son 87e jour, refuse son transfert dans un hôpital civil par peur de ne pas survivre au trajet, a-t-elle ajouté.

Après ces déclarations, la porte-parole de la diplomatie ukrainienne Mariana Betsa, a dit être "inquiète" et a appelé les Occidentaux à "renforcer la pression sur la Russie en faveur de la libération" du cinéaste.

Opposant à l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie en 2014, Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de camp pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par l'organisation Amnesty International.

Perte de 30 kilos

Il a entamé une grève de la faim le 14 mai pour exiger la libération de tous les "prisonniers politiques" ukrainiens détenus en Russie. L'avocat de M. Sentsov, Dmitri Dinzé, qui lui a rendu visite en prison mardi, a indiqué à l'AFP que le cinéaste avait perdu 30 kg et souffrait de problèmes cardiaques.

Selon M. Dinzé, son client présente un taux très bas d'hémoglobine (protéine riche en fer dans les globules rouges) et son rythme cardiaque est de 40 pulsations par minute.

Les autorités pénitentiaires russes avaient pour leur part jugé "satisfaisant" l'état de santé de M. Sentsov. M. Dinzé avait auparavant indiqué que chaque jour, le cinéaste buvait 3,5 litres d'eau et se faisait injecter du glucose, des aminoacides et des vitamines via un goutte-à-goutte.

Mobilisation occidentale

Les gouvernements occidentaux emmenés par le président français Emmanuel Macron, ainsi que de nombreuses personnalités, comme l'écrivain américain Stephen King ou l'acteur américain Johnny Depp, ont appelé le Kremlin à libérer Oleg Sentsov.

La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a demandé fin juillet à la Russie d'administrer "des soins appropriés" au cinéaste ukrainien.

Les présidents russe et ukrainien, Vladimir Poutine et Petro Porochenko, avaient évoqué en juin au téléphone un éventuel "échange de prisonniers" entre les deux pays, mais cette éventualité ne s'est pas concrétisée.