La mort du réalisateur roumain Sergiu Nicolaescu

Mis à jour le 03/01/2013 à 16H01, publié le 03/01/2013 à 14H59
Le cinéaste roumain pointe une arme dans sa propre direction au siège de l'ancien Parti communiste, à Bucarest, en décrivant la manière dont le général Milea, ancien ministre de la Défense, s'est suicidé dix ans plus tôt (21 décembre 1999)

Le cinéaste roumain pointe une arme dans sa propre direction au siège de l'ancien Parti communiste, à Bucarest, en décrivant la manière dont le général Milea, ancien ministre de la Défense, s'est suicidé dix ans plus tôt (21 décembre 1999)

© Eugeniu Salabasev / Sipa

Le réalisateur, scénariste et acteur roumain Sergiu Nicolaescu est mort jeudi à l'âge de 82 ans, a indiqué une source hospitalière.

Il était l'auteur de plus de 60 films en quelque cinquante ans de carrière. Selon l'hôpital Elias de Bucarest, il a succombé à des complications cardiaques et pulmonaires à la suite d'une intervention chirurgicale pour des problèmes digestifs.

Né le 13 avril 1930 à Targu Jiu, Sergiu Nicolaescu était diplômé de l'université polytechnique. Muni d'un diplôme d'ingénieur, il a débuté comme cadreur dans le domaine des documentaires. En 1962, il a fait ses premiers pas en signant lui-même un documentaire. Puis, en 1966, il a réalisé "Dacii" (Les Daces), une grandiose co-production roumano-française qui devait inaugurer une série de films historiques très en phase avec la propagande communiste de l'époque.

En 1970, Sergiu Nicolaescu a réalisé "Mihai Viteazul" (Michel le Brave), un film dédié au prince valaque éponyme qui devint une production de référence du cinéma roumain.

Cinéaste, comédien et politicien
Réalisateur roumain le plus prolifique et acteur, il a également joué dans une trentaine de ses films, incarnant tour à tour le prince valaque Mircea le Vieux, le maréchal pro-nazi Ion Antonescu (vu comme un héros, en dépit de sa politique antisémite), ou encore le roi Carol 1er.

Sergiu Nicolaescu a participé à la révolution roumaine de 1989 qui a vu la chute du régime de Ceausescu. Entre 1990 et décembre 2012, Nicolaescu a également siégé au Sénat, sous les couleurs du Front du Salut national, puis du Parti social démocrate (PSD). Sous son impulsion, une commission d'enquête sur les événements de décembre 1989 a été créée.