Projections et hommage le 2 octobre à Paris au réalisateur gréviste de la faim Oleg Sentsov

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 02/10/2018 à 20H20, publié le 28/09/2018 à 14H03
Oleg Sentsov (août 2018)

Oleg Sentsov (août 2018)

© HO / AFP

La Cinémathèque française, à Paris, a projeté mardi 2 octobre à 19h00 "Gamer", le premier film du réalisateur ukrainien emprisonné en Russie Oleg Sentsov, en grève de la faim depuis mi-mai, pour soutenir sa lutte contre l’annexion de la Crimée par Moscou. A 20h, une séance spéciale de soutien était organisée à la Filmothèque du Quartier latin.

A la Cinémathèque française...

La Cinémathèque française, à Paris, a projeté mardi 2 octobre à 19h00 "Gamer", le premier film du réalisateur ukrainien emprisonné en Russie Oleg Sentsov, en grève de la faim depuis mi-mai, en soutien à son opposition à l’annexion de la Crimée par Moscou.

"Il faut que la Russie fasse quelque chose. Il faut que la Russie libère Oleg Sentsov!", a lancé la ministre de la Culture Françoise Nyssen à cette occasion, rappelant que le président Emmanuel Macron avait évoqué à plusieurs reprises le cas du cinéaste ukrainien avec son homologue russe Vladimir Poutine. "Ce combat pour la liberté de Oleg Sentsov est urgent", a ajouté la ministre, estimant qu'"on attente dans cette affaire à la liberté fondamentale des droits artistiques".

"Un cinéaste est emprisonné"

"Un cinéaste est emprisonné. Il risque sa vie. La Cinémathèque ne peut pas faire autre chose que d'ouvrir ses portes pour montrer son film afin de le soutenir", a souligné à son tour le réalisateur Costa-Gavras, président de l'institution. Deux cents personnes étaient présentes, dont François Croquette, ambassadeur pour les Droits de l'Homme du ministère français des Affaires Étrangères.

Tourné avec 20.000 dollars de budget, "Gamer" raconte l'histoire d'un adolescent qui participe à des compétitions de jeux vidéo tout en faisant face à une vie quotidienne difficile dans un village d'Ukraine. Issu de l'expérience personnelle d'Oleg Sentsov, le film a été montré dans de nombreux festivals et récompensé à Rotterdam en 2012.
"Gamer" : la bande annonce

...Puis à la Filmothèque du Quartier latin

La projection du film d’Askold Kurov, "Le procès : l'Etat de Russie contre Oleg Sentsov" (2018, 1h15), documentaire sur le procès-spectacle politique d’Oleg Sentsov, sera suivie d’un débat en présence d’intervenants. Une partie des recettes sera reversée à son fonds de soutien

Lundi, à l'issue d'un vote à l'unanimité, la mairie de Paris avait attribué la citoyenneté d'honneur au réalisateur ukrainien, emprisonné en Russie.

Soutien international à Oleg Sentsov

Le cinéaste de 42 ans, opposé à l'annexion de la Crimée, a été condamné en 2015 à 20 ans de détention pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et dénoncé par Kiev, l'UE et les États-Unis.

Il a cessé de s'alimenter le 14 mai et n'est maintenu en vie que par les compléments alimentaires injectés par l'administration pénitentiaire russe. Le cinéaste a été hospitalisé le 28 septembre pour des examens visant à "corriger son traitement", ont indiqué les services pénitentiaires russes. Son état y est qualifié de "stable sans évolution négative" et sans menace pour sa vie.

Depuis plusieurs mois, responsables politiques, écrivains, acteurs (Johnny Depp) ou cinéastes (comme Jacques Audiard) occidentaux ont multiplié les appels, allant pour certains jusqu'à observer une journée de grève de faim, pour demander la libération d'Oleg Sentsov.