L'UE et Emmanuel Macron demandent à Moscou de soigner Oleg Sentsov en grève de la faim

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/08/2018 à 19H23, publié le 10/08/2018 à 16H40
Oleg Sentsov (août 2018)

Oleg Sentsov (août 2018)

© HO / AFP

L'Union européenne a demandé vendredi à la Russie de fournir un "traitement médical approprié" à Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien en grève de la faim depuis le 14 mai dans une prison russe. Par ailleurs le président français Emmanuel Macron a également réclamé par téléphone au président russe Vladimir Poutine de trouver une solution d'urgence, ce à quoi ce dernier "s'est engagé à répondre".

L'UE demande le respect des Droits de l'Homme

"L'état de santé de M. Sentsov se détériore rapidement. Nous attendons de la Russie qu'elle lui fournisse un traitement approprié dans un cadre médical institutionnalisé, conformément à la mesure provisoire prise par la Cour européenne des droits de l'homme le 25 juillet dernier", a déclaré la porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

Oleg Sentsov, 42 ans, a été "arrêté après l'annexion illégale de la péninsule de Crimée par la Fédération de Russie en 2014", a rappelé Maja Kocijancic. Il est dans un état de santé "catastrophique" et craint que sa fin ne soit "proche", avait indiqué mercredi sa cousine.

"L'Union européenne espère que les normes internationales en matière de droits de l'Homme dans la péninsule seront respectées et que tous les citoyens ukrainiens détenus illégalement en Russie et dans la péninsule de Crimée seront libérés sans délai", a insisté la porte-parole de Mme Mogherini.

Emmanuel Macron propose des solutions

De son côté, Emmanuel Macron, qui s'est entretenu par téléphone vendredi avec Vladimir Poutine, lui a fait "plusieurs propositions" afin de "trouver de façon urgente une solution humanitaire" pour le cinéaste, auxquelles le président russe "s'est engagé à  répondre", a annoncé l'Élysée dans un communiqué. Le président français a de nouveau exprimé son "inquiétude" sur son état de santé qui "semble se dégrader dangereusement".

Vladimir Poutine s'est également engagé auprès du président français à "diffuser rapidement des éléments sur son état de santé", indique l'Élysée. Le Kremlin a seulement confirmé aux agences de presse russes que le sort d'Oleg Sentsov avait été évoqué durant l'entretien.

Mais après ce coup de fil, les autorités pénitentiaires russes ont annoncé que des membres de la commission de surveillance publique des prisons avaient rendu visite vendredi au prisonnier qui, au cours de la conversation, "ne s'est plaint de rien". Oleg Sentsov a refusé un transfert dans un hôpital municipal, "expliquant qu'il ne se considérait pas comme un malade", selon la Commission. Le cinéaste avait déjà refusé ce transfert il y a quelques jours, au motif qu'il craignait pour sa santé.

"L'intervention d'Emmanuel Macron est précieuse, car Donald Trump se tait et l'Europe est peu active. La France est en première ligne pour le défendre", a estimé Michel Eltchaninoff, dont l'association "Les Nouveaux Dissidents" est très impliquée en faveur du cinéaste.

"Il a pu proposer à Vladimir Poutine d'envoyer des médecins indépendants à la prison ou de transférer le cinéaste dans un autre pays", avance-t-il. Son association demande aux Français d'envoyer des cartes postales à l'Elysée pour Oleg Sentsov.

Le président français a déjà plaidé plusieurs fois en faveur d'Oleg Sentsov auprès de son homologue russe. Il lui en avait parlé en mai lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, mentionnant le sujet devant lui, puis lui avait adressé un courrier pour "lui faire part de sa vive préoccupation sur l'état de santé du cinéaste et lui demander de réagir rapidement". Il lui en avait reparlé le 15 juillet au Kremlin, avant la finale du Mondial-2018. Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, avait estimé le 10 juillet que "les droits élémentaires" de la défense d'Oleg Sentsov n'avaient "manifestement pas été respectés".

Oleg Sentsov "prêt à mourir"

"Bien sûr, Oleg, comme toute autre personne, ne veut pas mourir. Mais il y est prêt", a déclaré Me Dinzé, dans un entretien au site d'information Meduza. "Je pense qu'au fond de lui, il a peur, mais il ne laisse pas cette peur se manifester", a assuré l'avocat.

"Oleg est devenu un kamikaze ukrainien qui a mis sa vie en jeu pour sauver la vie des autres, pour ses idéaux, pour son pays", a estimé Me Dinzé, en soulignant que son client "n'est pas un suicidaire, ni un malade mental". "Il lit des livres, écrit et finit des scénarios, écrit des récits", a t-il ajouté.

"Il travaille beaucoup, sinon, il pourrait devenir fou s'il restait allongé à regarder le plafond", a estimé Dmitri Dinzé.

Mobilisation internationale

Sentsov a été condamné à 20 ans de camp pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et a entamé une grève de la faim le 14 mai.

L'Ukraine a appelé les Occidentaux à "renforcer la pression sur la Russie pour le faire libérer". D'autres gouvernements occidentaux emmenés par Emmanuel Macron, ainsi que de nombreux écrivains, cinéastes, artistes et intellectuels, comme Stephen King et Johnny Depp, ou en France Emmanuel Carrère et Leila Slimani, ont appelé le Kremlin à libérer Oleg Sentsov. La Cour européenne des droits de l'Homme a demandé à la Russie de lui administrer "des soins appropriés".

La Cour européenne des droits de l'Homme a aussi demandé fin juillet à la Russie d'administrer "des soins appropriés" au cinéaste. Des artistes russes, ainsi que l'avocat du cinéaste, ont demandé lundi au président français d'oeuvrer pour que des médecins de la Croix-Rouge puissent lui rendre visite, dans la colonie pénitentiaire de Labytnangui, dans le Grand Nord sibérien.