"Je suis heureux que ma mère soit vivante " un film de Claude et Nathan Miller sur l'abandon

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 16/09/2009 à 09H48
"Je suis heureux que ma mère soit vivante " un film de  Claude et Nathan Miller sur l'abandon

"Je suis heureux que ma mère soit vivante " un film de Claude et Nathan Miller sur l'abandon

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_95883@Culture

Le 30 septembre sort sur les écrans le dernier film de Claude Miller, écrit et réalisé avec son fils  Nathan. " Je suis heureux que ma mère soit vivante " raconte la douloureuse histoire vraie d'un fils abandonné par sa mère à l'âge de 4 ans, une mère qu'il finira par retrouver. Des retrouvailles qui vont bouleverser sa vie, celle de sa mère biologique et de ses parents adoptifs.

C'est un article rédigé pour L'évènement du jeudi par l'écrivain Emmanuel Carrère , qui est à l'origine de ce film. L'auteur racontait un fait divers et l'article était paru sous le titre " Je la recherche, je la tue, je l'aime ou la disparition de ma mère ". A l'époque, en 1996, c'est Jacques Audiard et le producteur Jean-Louis Livi qui demande à Emmanuel Carrère de tirer un scénario de cette histoire bouleversante. Ce dernier y renoncera après trois mois de travail. C'est finalement Alain Le Henry qui va l'écrire. Mais le film ne se fera que... 13 ans plus tard ! Claude Miller et son fils Nathan sont aux commandes. Une fois de plus, le réalisateur s'intéresse au monde de l'enfance, qu'il évoque toujours de manière très personnelle. On se souvient de son étrange et dérangeant "La Classe de neige". Un film avec lequel il a remporté en 1988 à Cannes le Grand Prix du Jury, et qui était adapté du roman éponyme d'un certain Emmanuel Carrère...
A noter que l'abandon/adoption des enfants est un thème de plus en plus abordé au cinéma. Cette année, en juin, le film "Dans tes bras" de Hubert Gillet avec Michèle Laroque, racontait lui aussi l'histoire d'une mère qui voyait débouler dans sa vie l'enfant qu'elle avait abandonné (le reportage sur culturebox)