Jacques Higelin et le cinéma : une relation permanente mais discrète

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/04/2018 à 14H00, publié le 06/04/2018 à 13H55
Jacques Higelin dans "La ba,nde du Rex", de Jean-Henri Meunier (1980).

Jacques Higelin dans "La ba,nde du Rex", de Jean-Henri Meunier (1980).

© AFP

C'est l'une des dimensions les moins connues du chanteur poète, le Jacques Higelin comédien. Pourtant dès la fin des années 1950 Higelin ne cesse de fréquenter le cinéma, un univers artistique qui l'attire mais qu'il trouve trop lent dans sa fabrication. Voici quelques moments en vidéo, de "Bébert et l'omnibus" d'Yves Robert à "Sept jours ailleurs" ou à "La bande du Rex" où il est au premier plan.

Jacques Higelin et le cinéma, c'est une longue histoire d'amour et de répulsion. Sa filmographie est longue et commence dès la fin des années 50. Première référence, "Nathalie, agent secret" d'Henri Decoin, 1959), et on le voit notamment en adolescent dégingandé dans "Bébert et l'omnibus" (1963) d'Yves Robert. Il est un trentenaire déboussolé dans "Elle court, elle court la banlieue" (1972) de Gérard Pirès, et un septuagénaire amoureux des chevaux dans "Jappeloup" (2013) de Christian Duguay. Mais Jacques Higelin obtient rarement des premiers rôles, sauf dans "La bande du Rex" de Jean-Henri Meunier (1980). Surtout, le chanteur est trop énergique et impatient pour suivre la lenteur d'un tournage de cinéma : "ce qui se passe parfois, au cinéma, c'est que je commence un film et puis je m'ennuie, parce que je n'aime pas attendre entre les prises", explique-t-il en 1988 à l'occasion de la sortie de "Savannah" de Marco Pico. Voici quyelques moments importants au cinéma à voir ou à revoir. 

  • "Bébert et l'omnibus" d'Yves Robert (1963) 


  • "Sept jours ailleurs" de Marin Karmitz (1968)



  • La Bande du Rex de Jean-Henri Meunier (1980)

  • Savannah (La Ballade) de Marco Pico (1988)


 
  • La Prophétie des Grenouilles de Jacques-Rémy Girerd (voix, 2001)


  • Jappeloup de Christian Duguay (2013)