Golshifteh Farahani, la belle insoumise à l'affiche de "My sweet Pepperland"

Par @Culturebox
Publié le 09/04/2014 à 11H42
Golshifteh Farahani au Festival de Cannes 

Golshifteh Farahani au Festival de Cannes 

© Francois Mori/Sipa

Golshifteh Farahani est à l'affiche du nouveau film du réalisateur Hiner Saleem "My sweet pepper land", présenté au dernier Festival de Cannes. Dans ce western moderne à la sauce kurde, l'actrice franco-iranienne joue le rôle d'une institutrice aussi insoumise qu'indépendante. La comédienne (par ailleurs pianiste) était l'invité du Soir 3.

A 30 ans à peine, Golshifteh Farahani, la très belle actrice d'origine iranienne, star dans son pays natal a tourné dans des films en France et aux Etats-Unis :  "Poulet aux prunes" de Marjane Satrapi en 2011, " A propos d'Elly d'Asghar Farhadi" en 2009, "Syngué Sabour, pierre de patience" d'Atiq Rahimi ou encore "Mensonges d'état" de l'américain Ridley Scott en 2008,

Cette année là, Golshifteh Farahani décide de s'exiler à Paris. Première actrice à avoir tourné pour la grosse machine Hollywood depuis la révolution islamiste en 1979, impossible pour elle de continuer à travailler dans son pays.

https://videos.francetv.fr/video/NI_146839@Culture

Aujourd'hui, la belle et rebelle Golshifteh Farahani, est à l'affiche du film (français, kurde et allemand) "My Sweet paper land", présenté dans la catégorie "Un certain regard" au dernier Festival de Cannes. Ce western moderne à la sauce kurde a été tourné dans les montagnes du Kurdistan-Irakien, appelé "Kurdistan" libre. Le réalisateur du film Hineer Salem, né dans le Kurdistan irakien qu'il a quitté il y a 17 ans pour s'exiler en Europe, a travaillé sur l'histoire de ce long métrage avec passion.

Une histoire mi-western, mi-romance, sur fond de réalisme social. Au carrefour de l'Iran, l'Irak et la Turquie, dans un village perdu, lieu de tous les trafics, Baran un officier de police fraîchement débarqué va tenter de faire respecter la loi. Cet ancien combattant de l'indépendance kurde doit lutter contre le caïd local. Il fait la rencontre de Govend, l'institutrice du village, jeune femme aussi belle qu'insoumise interprétée par la lumineuse Golshifteh Farahani.

"My sweet pepper land" 
Drame de 1h35 minutes 
Sortie le 4 avril 2014