"Jersey Affair", thriller sentimental insulaire, fiévreux et feutré

Par @Culturebox
Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 17/04/2018 à 09H56
Jessie Buckley et Johnny Flynn dans "Jersey Affair" de Michael Pearce (II)

Jessie Buckley et Johnny Flynn dans "Jersey Affair" de Michael Pearce (II)

© Bac Films

Premier film du britannique Michael Pearce, comme son titre l’indique, "Jersey Affair" se situe dans l’île anglo-normande dont le cinéaste est originaire. Son long métrage a comme point de départ une véritable affaire de serial killer sur laquelle le réalisateur et scénariste a greffé une histoire d’amour, envoûtante et atmosphérique, où l’espace insulaire devient un personnage à part entière.

La note Culturebox

4
4/5

Potentiellement dangereux

Peu de films prennent pour cadre l’île de Jersey. Michael Pearce en capte toute la photogénie, dans ses plages, ses rochers, forêts, villages, et propriétés cossues. Ses habitants ne sont pas non plus ignorés, dressant une galerie de portraits quasi ethnologiques. Les extérieurs dominent dans ce thriller, où un meurtrier tue en plein-air. Mais pas de scènes de crimes ici, sinon celles constatées par les enquêteurs après coup. L’histoire est ailleurs.
"Jersey Affair" la bande annonce
Moll (Jessie Buckley) est en conflit avec sa mère, grande bourgeoise installée, hantée par le geste violent commis par sa fille contre une élève dans sa jeunesse. Maintenant âgée de 20 ans, Moll tombe amoureuse de Pascal (Johnny Flynn), suspecté d’une série de meurtres sur l’île. Interrogée et avertie du danger, elle va tout faire pour le protéger. Le sel de l’intrigue émane de cette fascination pour un homme potentiellement dangereux, le suspense autour de sa culpabilité et sa résolution, finement sentie.

Enigme

Michael Pearce ne joue pas la carte de l’action mais tire sur les cordes du film noir avec talent, en développant les rapports psychologiques. Ceux entre Moll et sa mère (Shannon Tarbet) et avec son amoureux. Tout son film interroge la culpabilité de Pascal, mais l’on sent en même temps en filigrane une autre dimension du récit. Celle-ci réside dans ce qui lie Moll à son amant, et qui ne se révèlera qu’en toute dernière minute. Marque d’un récit bien mené. L’énigme, c’est elle.
Jessie Buckley dans "Jersey Affair" de Michael Pearce (II)

Jessie Buckley dans "Jersey Affair" de Michael Pearce (II)

© Bac Films
La peinture d’une caste privilégiée, méfiante des différences, domine dans "Jersey Affair". Ce conformisme guindé s'oppose aux sentiments et à l'indépendance de Moll. C’est ce conflit qui prend finalement le dessus dans la résolution inattendue du film. La quête de rédemption de Moll par rapport à son acte passé va mener à une césure irrémédiable entre deux mondes, dans un acte fatal. Situé sur une île, l’histoire de Moll est aussi celle d’une insulaire, d'un point de vue géographique comme psychologique. L'isolement de l'île recoupe sa solitude et le filmage de Jersey s'apparente à un paysage psychologique. Un beau film contemplatif, sensible, qui ne néglige pas pour autant le suspense. Subtil.
"Jersey Affair" : l'affiche

"Jersey Affair" : l'affiche

© Bac Films

LA FICHE

Genre : Thriller 
Réalisateur : Michael Pearce (II) 
Pays : Grande-Bretagne
Acteurs : Jessie Buckley, Johnny Flynn, Geraldine James, Shannon Tarbet, Trystan Gravelle
Durée : 1h47
Sortie : 18 avril 2018

Synopsis : Sur l'île de Jersey, une jeune femme tombe amoureuse d'un homme mystérieux. Cette rencontre la pousse à fuir sa famille tyrannique. Alors que l'homme est soupçonné de plusieurs meurtres, elle le défend aveuglément.